dimanche 18 juin 2006

Constat du jour.

La chaleur rend les gens profondément cons.
Encore plus que d'habitude.
Pas d'exemple à donner, ce serait lamentable.

Posté par Diane Groseille à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Colimaçon sans fin.

Une journée magnifique et environ deux cents copies qui me regardent méchamment sur la table du salon, classées et empilées maladroitement. Il me faut tout valider, faire les moyennes, enregistrer les notes et les faire figurer sur les relevés officiels. Je vais y passer la journée, voire une partie de la nuit.  Je vais faire suer mon stylo rouge jusqu'à l'épuisement. Demain, les relevés de notes complets sont à remettre à Tête de Briques. Ces fameuses listes de notes qui demandent tant de travail  n'ont que valeur de  propositions de notes et peuvent être modifiées en un clin d'oeil par un jury qui n'aura jamais vu la tête de l'élève. Ces incohérences face au tout petit coefficient de ma matière sont les causes de tant de travail de dernière minute. Comment affronter plus de deux cents copies quand on sait que ça revient à pisser dans un violon ?

Posté par Diane Groseille à 09:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 16 juin 2006

Couleurs de saison.

A observer en détails,
même s'il n'y en a pas,
à savourer comme une tranche de pastèque,
comme un morceau du dernier Red hot.

abeille

barbecue_bleu

bijou

contre_jour

encore_verte

etoile_bleue

grenat

pasteque

tong

violon

Posté par Diane Groseille à 18:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Et un, et deux, et trois zéro.

Il me reste une trentaine d'heures de cours. Et quelques centaines de copies d'examen. Trente-cinq degrés dans la journée d'hier, j'ai eu du mal à tenir sur mes deux jambes, je suis pas passée loin des trente-six chandelles. Malgré tout, je me rends au boulot, aussi courageuse que les sept nains "eh oh, eh oh". Je me mets sur mon trente et un et je vais donner mes six heures de cours entre quatre murs. Je freine des quatre fers mais il ne reste que quelques dizaines d'élèves qui viennent cuire dans les salles de cours moites. Bonne ambiance même s'ils ont deux de tension.

Dans deux jours, ma lettre de démisssion part et nous avons envoyé le préavis pour l'appartement en début de semaine : pas une, pas deux, l'accusé de réception est déjà revenu. Sinon, j'ai passé trois plombes sur un morceau de Beethoven au violon qui ne veut vraiment pas passer. Et hier soir, l'ami R. et sa fille sont venus manger UNE pizza faite maison. Je me suis aussi un peu fâchée cette semaine avec l'autre collègue P. qui sort des méchancetés toutes les cinq minutes, il me semble un peu agressif et il ferait mieux de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Je lui ai règlé son affaire en deux coups de cuiller à pot en lui disant ses quatre vérités. Il m'a reçue cinq sur cinq et est venu s'excuser dès le lendemain...

La vie continue. Et je compte les heures qui me séparent des vacances... Trois petits tours et puis s'en vont...

Posté par Diane Groseille à 07:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 13 juin 2006

Ghost.

Un peu absente les derniers temps. Un peu à côté de moi même. Comme si je me regardais vivre d'au-dessus. Le préavis est posé pour l'appartement, la semaine prochaine, c'est celui du boulot qui tombe. Tout va vite. Cette semaine, il faut rentrer toutes les notes des examens, remplir tous les bulletins. Puis les deuxièmes années s'en vont. Les bringues s'enchaînent. Rythme difficile à suivre. Puis très bientôt, tout sera fini. Je fermerai une dernière fois derrière moi la porte.

Posté par Diane Groseille à 10:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


mercredi 7 juin 2006

Constat.

Un matin comme un autre. Ou peut-être pas. Grosse prise de bec avec Neb hier soir. Retour d'une terrasse qui n'était plus ensoleillée depuis des heures. Le clash ne porte pas sur ce qu'il fait, mais sur ce qu'il est et ce qu'il attend. Ou ce qu'il n'attend peut-être plus. Jusque tard dans la nuit, on cherche des explications à ce que nous sommes devenus si vite l'un pour l'autre. On se regarde et on se demande s'il est encore possible de faire marche-arrière. Plus le temps passe et moins je vois de futur envisageable en commun. Au quotidien, j'avance en mettant un mouchoir dessus. Je ne veux pas voir que ses ordinateurs sont plus importants que moi, je ne veux pas voir que tout est déjà acquis depuis longtemps, que plus rien n'est à prouver, qu'il n'y a plus de séduction. Je ne veux pas savoir que je ne suis déjà plus grand'chose pour lui, si ce n'est un rempart à une solitude qu'il craint.

Alors voilà le soleil de retour. Avec une ribambelle de questions. Il est parti ce matin en s'excusant, encore et encore, comme à chaque fois que l'on parle de séparation. Pour la première fois hier soir, lorsque le mot a été balancé, je n'ai pas eu peur.

Posté par Diane Groseille à 09:43 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

mardi 6 juin 2006

Un rayon.

Dimanche fut une journée magnifique. Nous sommes allés chez mes parents pour une fête exceptionnelle : la majorité du frérot. Une vingtaine de personnes invitée. Ma mère avait chouiné pour faire appel à un traiteur. J'ai crié au scandale quand j'ai vu que les entrées seules coûtaient déjà douze euros. Après quelques discussions bien animées, ma soeur et moi avons eu autorisation de nous occuper du repas. Je dis bien "autorisation", pas "champ libre". Alors ce fut une journée "service", préparation de la table (bouquets de blé vert et de marguerites, petites vignettes souvenir avec photo du djeun's bien kitsch), mise en place du repas, les petits plats dans les grands, les mains dans la vaisselle jusqu'à dix-huit heures et toujours une petite coupe de quelque chose posée sur un coin de table. Le temps, heureusement, était avec nous et tout le monde a pu se poser dans le jardin sous un soleil d'avril pour le dessert. Qu'il est bon de se retrouver tous ensemble ! Je crois que c'est la première fois que je savoure (en pleine conscience de la chance que j'ai) un  moment pareil. Assise au soleil, silencieuse dans le brouhaha des conversations, dégustant une coupe bulleuse. Il ne manquait que la grand-mère qui est à l'hôpital (rien de grave, je crois d'ailleurs qu'elle sort aujourd'hui). La journée s'est achevée sur une petite note "balade en bord de rivière", histoire d'oublier que tout le monde était pompette et de digérer l'excès. Neb et moi sommes rentrés vers onze heures et sommes tombés comme des masses devant une émission sans importance. Encore hier, alors qu'un ciel de plomb avait de nouveau remplacé le soleil, j'ai passé une bonne partie de ma journée à dormir.

***

Week-end prolongé qui s'achève. Je pars travailler. J'ai du mal à croire que j'y vais encore. J'envoie des courriers, je scrute, ma tête est déjà ailleurs et pourtant il faut assumer jusqu'au bout. J'annonce ce matin à une classe un peu particulière mon départ. Trois classes de première année sont déjà au courant. Avec celle de ce matin, ça s'annonce moins facile. Des liens forts se sont tissés, beaucoup de mots trop énervés depuis le début de l'année, beaucoup d'explications aussi.

Posté par Diane Groseille à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 2 juin 2006

Imposture.

Tout continue à avancer. Sauf peut-être les statistiques de ce blog qui sont en chute libre. Faut dire que j'écris de la merde. Les derniers messages pourraient être en lien direct avec le site de Météo France. Je ne pensais pas que le temps pouvais me perturber autant. J'ai l'impression d'une imposture, je me sens trahie. Or, il n'y a pas de responsable. Et ce matin encore, la pluie. Ce sont les plus beaux jours de l'année, les plus longs, qui s'égrènent en gouttes froides. J'ai attendu cette période tout l'hiver : les soirées sur les terrasses, les fenêtres grandes ouvertes qui laissent entrer le soir, la lumière stimulante, les jambes nues et les débardeurs, ces journées qui n'en finissent plus et ces promesses de chaleur. Mais non, elles ne viennent pas ces journées. Chaque matin est un scandale glacé et humide. Tout ça revient à dire à un enfant que cette année le père Noël ne viendra finalement pas. Parfois, j'en ai des larmes dans la gorge. Oui, je sais, c'est con.

Posté par Diane Groseille à 07:15 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

mardi 30 mai 2006

La berlue.

Je crois que je vois mal, petits soucis de vue.
Ce ne peut être que ma vue.
Parce que ça ne semble pas impressionner ou perturber le pingouin qui présente la météo :
demain, il va neiger.
Oui, demain, le 31 mai.

Cet après-midi, comme des héros,
R. et moi nous sommes installés en terrasse d'un café,
dans des rafalles de vent glacé,
sous des nuages noirs et menaçants.
Le thermomètre de ma voiture m'annonçait dix degrés (oui 10°C).

Posté par Diane Groseille à 20:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Diane la chasseuse.

En attente. Aux aguets. Tous les matins, ouvrir mes mails, fièvreusement, ceux de l'ANPE, ceux des agences immobilières. Tout va changer. Et je guette, j'observe. Ce matin justement, quelques annonces intéressantes pour ce qui est du boulot . Pas de pronostic, il faudrait déjà que je me décide à envoyer un courrier. Parce que oui, curieusement, j'ai peur de trouver déjà la suite alors que je suis encore en poste. J'angoisse à l'idée de passer déjà des entretiens pour septembre qui, s'ils sont positifs me fermeront déjà toutes les portes qui sont en train de s'ouvrir. Il y a beaucoup d'annonces intéressantes, presque tous les jours, qui correspondent à mon profil qui titillent ma curiosité. Je suis en chasse, en construction d'un futur tout en hypothèses et en surprises.

img_3711


Hier soir, en rentrant, devant ma porte, je trouve ma soeur en larmes. Visiblement très fatiguée et qui a du mal à m'articuler son problème. Je suis pétrifiée à l'idée d'une mauvaise nouvelle, une disparition, un drame. Elle finit par m'annoncer entre deux sanglots un gros découvert qui lui semble insurmontable. Rien de dramatique, loin de là. Elle se frotte les yeux en essuyant ses joues comme un enfant qui a sommeil. Je la recueille, je lui fais une purée de carottes et une fricassée de champignons, elle s'est endormie tout de suite après. Je l'ai recroisée tôt ce matin, avec encore du chagrin dans la voix. Mais j'ai la solution.

Une photo de paquerettes pas du tout en adéquation avec le temps mais on fait avec ce qu'on a.

Posté par Diane Groseille à 07:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]