De retour, après trois semaines de vadrouille. J'arrive chez moi cette nuit comme une invitée. Rien n'a bougé malgré notre locataire apprenti jardinier estival. Pourtant la maison semble changée, plus grande, comme ailleurs. Le courrier est empilé sur le meuble de l'entrée, des journaux, des enveloppes qui me rappellent à ma réalité, la rentrée dans une vingtaine de jours qui va me projeter dans dix mois d'une nouvelle course : je sais qu'elle sera plus sereine cette année. Déjà des réunions en vue, un planning, des épreuves blanches à prévoir... Des idées ont trotté dans ma tête, des envies, des nouveaux projets de mots, de partage. Je pense que pour tous les profs, les bonnes résolutions se prennent à la rentrée et non le 1er janvier. Décalage temporel.

  • Des centaines de photos à trier et à traiter.
  • Paperasse à régler.
  • Jardin de balcon à rafraichir.
  • Prendre soin de moi, je ressemble à une vagabonde tannée par le soleil.
  • Voiture à poser au garage pour ce fameux voyant qui a stressé nos vacances.
  • Petit colis surprise à concocter pour frère et sœur si loin vers l'Océan.
  • Préparer la semaine qui vient : du monde tout le temps, des potes, de la famille.
  • Peindre le mur de la chambre d'amis en bleu lavande.
  • Vider le garage.
  • S'appropier un nouveau moleskine.
  • Mettre en place un atelier d'écriture virtuel pour les déçus de l'automne dernier que je n'ai pas pu suivre faute de temps...
  • Piscine, marchés, rando, restau, bistrot, le temps encore.