Dirty dancing Rock Dou you love me
envoyé par clipclap52


Dirty dancing danse film
envoyé par clipclap52

Et on poursuit dans le regsitre "nostalgie" avec le film culte de mon adolescence. Premiers émois, première idées, première obsessions. Un tel décallage entre le rêve et la réalité : on souhaite être calinée et adorée, mais les garçons de quatorze ans ne pensent alors qu'à cavaler, à rouler leur première pelle et à réussir leur contrôle de maths.  Je pense avoir regardé ce film des dizaines de fois, seule ou avec les copines qui m'avaient collé la cassette dans les mains, les yeux brillants, comme s'il s'agissait là d'un rite de passage, d'une initiation. Il y a dans ce film encore aujourd'hui, quelque chose qui sait me toucher, malgré la "cakitude" omniprésente. Je ne saurais définir quoi exactement. Il y a le contexte, cette grande forêt sombre et humide, les lacs, quelque chose qui est à la fois loin et si proche, un univers, le monde du possible et du rêve. Je me souviens de ces booms, ou une rêveuse trouvait toujours moyen de coller un morceau en espérant hériter d' un cavalier qui aurait su faire d'elle "Frédérique Houseman" alias Bébé. Me reste également cette fascination pour ces magnifiques chaussures à brides (qui m'a traitée de fétichiste ? Attention, je vous entends)... Et que celle qui n'a pas versé sa petite larme sur la scène finale quitte sur le champ ce blog !

Pour les petites anecdotes

  • le 2 a été tourné aux Caraïbes, plus rien à voir avec l'ambiance "forêt mystérieuse"
  • le film a été adpaté en jeu vidéo, il faut gagner un concours de danse
  • Jenifer Grey n'a connu aucun succès après ce film, elle a fini dans des séries télé, contrairement à Patrick Swayze pour qui ce fut un tremplin
  • Le tube de la derrière scène a été écrit spécialement pour le film et a reçu un Oscar et un Golden Globes.
  • Il parait que la pension située dans l'Oregon a connu un record de réservations suite à ce film
  • Le morceau "She's like the wind" a été écrit et interprété par Patrick Sawayze lui-même.... Patriiiiick!