samedi 22 avril 2006

Quand les magnolias sont en fleurs.

arbuste_mauve

coccinelle


fen_tre_sur_montagne

decoupage_de_montagnes

fleurs_d_arbres

lac_annecy

gariguettes1

jardinette


Posté par Diane Groseille à 20:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Déjà de retour.

Quelques jours de pause qui viennent de glisser. Quelques jours ailleurs, pour respirer, faire le vide. Efficacité maximum, à tel point que j'ai du mal à m'imaginer reprendre les cours lundi matin. Mais c'est la dernière ligne droite. Une longue droite noire tracée à la règle et au stylo à bille sur une feuille à carreaux. J'ai déjà beaucoup d'idées pour la suite, tellement que je ne sais trop que choisir : un retour aux cours particuliers, des remplacements, un ou deux CDD... Je suis aussi bien contente de moi, j'ai déjà pris beaucoup d'avance pour le rapport que je dois renvoyer avant le 30 avril. J'ai encore dans la tête tout ce bleu et ce pur des montagnes. Nous avons été étonnés de retrouver tous les arbres verts ici à notre retour. Quelques petites factures contrariantes aussi, mais le ciel reste clair. Demain midi, premier barbecue de l'année.

Posté par Diane Groseille à 20:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 15 avril 2006

Naissances.

bourgeons

herbe

primevere

Posté par Diane Groseille à 11:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 13 avril 2006

Trois, deux, un...

Réveillée depuis moins vingt
Je suis joyeuse et pleine d'entrain :
Il ne me reste que ce matin,
Trois heures de cours, ce n'est presque rien
Puisque pour nous , youpi, demain
C'est merveilleux d'être Alsacien.

Posté par Diane Groseille à 07:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 11 avril 2006

De l'autre côté de la rue.

De l'autre côté de la rue, il y a des gens qui vivent au même étage que nous. Ils ont de toutes petites fenêtres carrées. Souvent, on voit de la lumière, le passage de corps en mouvement, en contre-jour. Et depuis samedi, leur fenêtre est restée ouverte, il pleut à l'intérieur depuis dimanche matin et il n'y a plus de lumière.

Alors, je m'inquiète, je réfléchis, je cogite chaque fois que je passe devant ma fenêtre en voyant la leur désespérement ouverte.

Et s'ils étaient morts tous les deux.

Samedi, journée ensoleillée et agréable, notre petit couple a décidé de rester dans le cocon bien douillet de son appartement. Vers quatorze heures, un désaccord se présente sur le choix du film à regarder. Madame, en pleine période de régles douloureuses et sous une violente poussée d'hormones se munit de sa poêle à frire et assomme violemment son mari d'un revers. Il meurt sur le coup. De désespoir et de culpabilité, elle avale trois boîtes de comprimés. Ils sont en train de pourrir dans leur appartement. Heureusement, leur fenêtre est restée ouverte.

.....

Samedi, journée ensoleillée et agréable, notre petit couple a décidé de profiter de la douceur et de sortir se balader. Ils ont ouvert la fenêtre avant de partir pour aérer leur appartement. Ils sont partis en forêt, y ont croisé un dangereux psychopathe qui les a enlevés, qui a cloué Madame à une planche en chène massif dans sa cave et qui force Monsieur à jouer aux échecs avec lui depuis.

.....

Samedi, journée ensoleillée et agréable, notre petit couple a décidé d'inviter les beaux parents pour dîner. Ces derniers arrivent en fin d'après-midi, et sont heureux de constater que leur fille et leur gendre se portent bien. On s'installe rapidement pour l'apéritif. Beau papa est sous antibiotiques mais il n'y avait plus pensé. Le traitement associé à une forte dose de pastis provoque rapidement des sueurs froides, il se sent mal, il voit trouble, il se lève et pris d'une soudaine pulsion incontrôlable, il étrangle sa femme et se jette sur son gendre qu'il tue avec la lampe offerte par une collègue de travail. Tout cela sous les yeux horrifiés de sa fille qu'il finit par tuer en lui plantant le couteau à pain dans le ventre. Il quitte l'appartement en laissant un carnage derrière lui. Il est à l'heure actuelle sur une plage de Normandie, son portable à la main, sur le point de se dénoncer à la police (qui n'a d'ailleurs pas encore pris connaissance du triple crime).

....

toile

Faut que je téléphone aux pompiers moi, non? Je suis fatiguée en ce moment, vous n'imaginez même pas...
[Horreur, il est 17h48, je viens de terminer ce message, je me lève, je vais boire un verre d'eau et en revenant, je passe devant ma fenêtre : la leur est fermée.]

Posté par Diane Groseille à 17:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


lundi 10 avril 2006

la bonne nouvelle du jour.

Les places sont réservées:
je serai au festival Rock en Seine les 26 et 27 août.
Radiohead ne m'échapera pas.

Posté par Diane Groseille à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Déjà la nostalgie.

Quand je tourne ma clé dans la serrure, quand j'efface le tableau blanc, quand je mets la date dans le cahier de texte, quand j'ouvre mon casier, quand je rentre mon code de photocopieuse, quand je donne la parole à un doigt levé, quand je passe ma main sur ce paquet de copies...

Je fabrique dejà des souvenirs. Tout ce que je touche est presque déjà inscrit dans le passé. C'est tout juste si je ne suis pas déjà émue en me disant qu'il ne me reste que quelques mois. Maintenant que ma décision est vraiment prise, il y a comme une réjouissance, un bouillonnement intérieur, la curiosté de la suite, l'effet surprise. Pas de réelle inquiétude, peut-être juste un peu d'appréhension. J'ouvre chaque jour mes mails avec un petit creux au ventre, peut-être pour découvrir l'offre qui correspond à ma future place.

img_1391

Posté par Diane Groseille à 11:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 8 avril 2006

Dialogue de sourds.

"- Eh t'sais quoi ? J'ai serré la main d'Azouz Begag ! "
- De qui ?
- Azouz Begag !
- Ah ouais, le gars qu'est sorti du loft, comme t'as de la chance !
- Mais non Azouz Begag...
-C'est pas çui qu'a fait du karaté avec Jean Claude Van Damme ?
- Ouais, nan, c'est pas grave, oublie..."

Posté par Diane Groseille à 09:52 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

vendredi 7 avril 2006

Oups.

Ce matin, j'ai serré la main à un ministre.
Je vous jure, j'ai pas fait exprès.

Posté par Diane Groseille à 15:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Je tombe des nues.

Constater hier soir, amorphe devant la télévision (une fois n'est pas coutume), le recul de la démocratie. Voir arriver sur un plateau de télévision un fantôme. On nous le présente comme étant un député, en grève de la faim depuis cinq semaines, il a perdu quinze kilos. C'est semble-t-il la seule solution qu'il ait trouvée pour empêcher la délocalisation d'une usine de sa région. Philippe Vandel prononce les mots que je viens de beugler à mon voisin de canapé: 

Comment un citoyen peut-il être entendu
si c'est le chemin que doit prendre un député pour l'être ?


Posté par Diane Groseille à 06:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]