mardi 19 février 2008

J'ai 30 secondes pour vous dire...

Blog laissé à l'abandon,
y'a des mauvaises herbes qui envahissent les cadres,
et je n'ai pas le temps de venir jardiner...
Petit jardin secret.

Y'aurait pourtant tant de choses à dire,
au delà du rythme de travail
il y a une vie, il y a des aveux.

Posté par Diane Groseille à 06:12 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


vendredi 15 février 2008

Und so weiter...

Vous ne pouviez pas trouver le résultat de mon équation puisqu'il manquait la variante b de la bronchite que je traîne depuis dimanche.

Poumons en feu et quintes de toux régulières qui semblent annoncer à mes proches le passage d'une tuberculeuse. Depuis hier soir, comme si cela ne suffisait pas, mon nez ressemble à une fontaine et mes oreilles sont bouchées en permanence. La fatigue m'anesthésie le cerveau. J'ai parfois l'impression (que j'avais déjà eue dans de pareilles circonstances), de me regarder vivre d'au-dessus. Comme si une entité de moi-même, calme et sereine, immobile, avait le temps d'observer celle qui s'agite et qui court.

En vrac : Conjugaison et emploi du subjonctif. Rôle du journaliste. Dormir. Rappel sur les homophones. Atelier gestion du stress. Correction d'un roman. Ménage. Achat d'un clic-clac. Changement de l'organisation de l'appart'. Bulletins des premières années (100 élèves). Correction des copies, souvent le matin, trop tôt. Faire à manger. Faire l'appel. Dormir. Méthodologie de la synthèse. Pause déjeuner dans ma voiture. Voiture au garage. Cours particuliers trop loin. Entretien avec mon futur ex-patron qui s'en va. Tasse de thé. Remplissage des fiches d'appel. Émargement. Mettre du diesel. Mettre à jour les classeurs pédagogiques. Sandwich. Se brosser les dents avant de se coucher avec les yeux déjà fermés. Dictée. Exercices d'application. S'endormir devant la télé. Plus savoir où on s'est garé. Plan au tableau. Bordel dans mon sac. Pile de livres sur le siège passager de ma voiture. Des feuilles qui s'envolent quand on ouvre la porte. Brouillard sur l'autoroute. Dormir. Etc.

Aujourd'hui est le dernier jour de la semaine. Celles qui suivront seront plus faciles. Je pense déjà à l'année prochaine, me rapprocher à nouveau de chez moi.  Les trajets sont difficiles. Je pense aux jours plus longs qui arrivent, à la lumière du printemps.   

Posté par Diane Groseille à 06:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 14 février 2008

Jardin d'hiver.

Je voudrais du soleil vert
Des dentelles et des théières
Des photos de bord de mer
Dans mon jardin d'hiver

Je voudrais de la lumière
Comme en Nouvelle Angleterre
Je veux changer d'atmosphère
Dans mon jardin d'hiver

Ta robe à fleur
Sous la pluie de novembre
Mes mains qui courent
Je n'en peux plus de l'attendre
Les années passent
Qu'il est loin l'âge tendre
Nul ne peut nous entendre

Je voudrais du Fred Astaire
Revoir un Latécoère
Je voudrais toujours te plaire
Dans mon jardin d'hiver

Je veux déjeuner par terre
Comme au long des golfes clairs
T'embrasser les yeux ouverts
Dans mon jardin d'hiver

Ta robe à fleur
Sous la pluie de novembre
Mes mains qui courent
Je n'en peux plus de l'attendre
Les années passent
Qu'il est loin l'âge tendre
Nul ne peut nous entendre...

Posté par Diane Groseille à 06:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 2 février 2008

Equation.

Paradoxe du mode ralenti/speed. Il y a une machine A, appelons la "moi" qui fonctionne normalement à cette période B de l'année en mode ralenti : concrètement, ça voudrait dire "grasse matinée, couverture, lecture, télé, sieste, balade au soleil entre trois et cinq, bons petits plats et dodo tôt". Prenons cette même machine A et exerçons sur elle une force x qui lui demandera de se lever à 5h30 tous les matins, d'enchaîner entre huit et dix heures de cours par jour, ce à plusieurs endroits différents avec une distance parcourue d'une moyenne de 120 kilomètres par jour et ceci sur une durée d de six mois non stop. Ajoutez à cette force x le poids de cent vingt copies en moyenne par semaine, et greffez sur la même machine la préparation des cours, la correction de manuscrits d'auteurs, une once de vie privée, de fiesta et de pratiques sportives et quelques moments d'écriture.

Calculez la probabilité de défaillance technique KO en tenant compte dans votre calcul des paramètres petages de plombs !!! et dépression nerveuse ?!ž“~.

main_de_fatma

Posté par Diane Groseille à 17:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Bel exemple.

Un élève de sixième traite son prof de connard.
Le prof, impulsif lui retourne une raclée.
La même raclée qu'il se serait sans doute prise dans n'importe quel autre contexte pour de tels propos.
L'élève, dont le papa est gendarme, est renvoyé trois jours.
Le prof est mis en garde à vue 24 heures et il sera jugé fin mars pour "violence aggravée sur mineur". Jusque là, il est suspendu.

Je ne fais pas l'apologie de la violence loin de là, le geste est à punir, mais je songe à l'image qui reste aux élèves de ce collège et à tous les autres d'ailleurs : traitez un prof de connard et il se retrouve devant un tribunal !

Posté par Diane Groseille à 10:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


mardi 29 janvier 2008

Ton moulin, ton moulin va trop vite.

Je regarde autour de moi cette vitesse, comme un train qui me passerait dessus tous les jours. Qu'on aimerait bien arrêter. Je pense souvent à Rabbit in your headlights. J'aimerais pouvoir me planter face au temps et le figer, le faire voler en éclats. Savoir le maîtriser, comme un caoutchouc qui pourrait prendre la forme que je souhaite.

radiohead etc Rabbit In Your Headlights
envoyé par foetusStyle

Ce soir, mon dernier atelier théâtre du semestre. On reprendra fin février, il y a déjà des inscrits et des réinscrits. Je partirai sans doute sur d'autres méthodes, beaucoup de points restent à murir. Demain soir, je suis presque en week-end et ça tient du miracle. Peut-être une escapade rapide en Savoie histoire de changer d'air, mais j'aurais plutôt besoin de repos...

Posté par Diane Groseille à 07:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 27 janvier 2008

Un mardi.

5h32 : Réveil toujours difficile, les cauchemars me poursuivent longtemps, sous la douche et dans la préparation de mes affaires, au radar.

6h58 : Engagée sur l'autoroute pour les quarante kilomètres qui me séparent de mon lieu de travail, engagée dans ma journée, file ininterrompue de camions sur la voie de droite, brouillard.

7h36 : Premier thé de la journée, je me brûle un peu la langue, comme toujours. Salle des profs obscure, je viens de loin et je suis toujours la première, la photocopieuse à côté de moi ronronne, s'échauffe pour son travail à venir.

8h21 : Retardataires de ma première classe de la journée qui n'ont pas pu se garer, un parking a été supprimé devant l'établissement, certains se garent très loin et arrivent tout essoufflés, tout penauds en franchissant la porte de savoir qu'il y a un remontage de bretelles en vue.

10h05 : Une pause. Entre deux paquets de photocopies anticipées sur les jours à venir, le ton monte sensiblement avec un collègue qui trouve que les quotas d'immigration représentent peut-être la solution. Je suis trop touchée pour réagir sereinement.

12h40 : Sandwich quatre saveurs devant un paquet de copies pour la classe de l'après-midi, le stylo rouge file sur la feuille, dessinant des arabesques furieuses entre les lignes d'hésitation.

13h28 : Grosse altercation de deux élèves, une fille et un garçon, dans les couloirs alors que je rejoins ma salle de classe. Je suis surprise par la violence des cris, le contenu des propos, les menaces. J'assiste à la scène du haut d'un escalier, pétrifiée par tant de haine, je ne parviens pas à bouger pour intervenir, comme toutes les personnes présentes qui restent bouches bées devant le spectacle : elle, collée au mur par la force des paroles qui lui volent en plein visage. Un collègue les sépare alors que la violence devient physique. J'apprends par la suite que c'est une histoire de rumeur lancée, ou de secret dévoilé, sordide et minable. J'en reste tremblante de longues minutes, avec beaucoup de difficultés pour prendre mon cours, alors que les élèves en face de moi ont déjà tourné la page de ce qui semble être pour eux une banalité.

14h30 : Remise de notes d'examens blancs. Elles sont mauvaises, j'aimerais qu'il en soit autrement mais la méthode n'a pas été appliquée. Des regards tristes et découragés , presque blasés accompagnent mes paroles jusqu'à la fin du cours.

16h33 : Conseil de classe. Comble de la journée, les deux délégués sont les personnes de l'altercation observée plus tôt. Le problème semble avoir été traité par la direction, mais la violence qui les oppose est palpable dans la pièce. Parfois, un regard entre eux fait presque jaillir un arc électrique.

17h45 : Je rejoins ma salle de théâtre dans le centre ville et la nuit est déjà tombée. J'aime y arriver tôt pour m'imprégner du lieu, les parquets qui craquent, les miroir qui couvrent le mur du fond, la résonance des hauts plafonds. Ce soir nous travaillons en musique, j'installe le poste et écoute certains de mes morceaux préférés en attendant l'arrivée du groupe.

20h02 : Travail du cri, de la pose et de la force de la voix. De circonstance au regard de la journée passée. A force de leur faire entendre leurs erreurs en les reproduisant, la fatigue qu'ils imposent à leur voix trop serrées, j'en viens à railler la mienne.

21h58 : Restaurant chinois, avec les mêmes personnes puisque nous en sommes à notre dernière séance de premier semestre. Je les découvre sous un autre jour, sous leur vrai jour. Ils sont eux-mêmes alors que je leur demande d'être autres en permanence.  Je perçois des regards complices, j'ai la chance d'avoir eu des personnes particulièrement intéressantes pour cet atelier.

23h07 : Retour, quarante kilomètres dans l'autre sens, en pilote automatique, sur une route trop droite.

1h11 : Réfugiée sous ma couette, je repasse les images de la journée comme tous les soirs, et je prends le temps de programmer mentalement la journée à venir. Elle vient trop vite...


escaliers_mont_saint_michel

Posté par Diane Groseille à 18:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

lundi 14 janvier 2008

Words don't come easy.

main_dans_la_main

Parfois l'envie d'écrire se fait si évidente que les mots se bousculent et que je pourrais arrêter sur le champs les activités en cours pour mettre sur le papier ce qui risquerait de s'envoler. Mon carnet brun a d'ailleurs toujours sa place dans mon sac, pour les urgences que je griffonne à la va-vite, sur un coin de table.

Parfois, comme en ce moment, je me trouve ridicule à continuer à mettre des mots ici, sur ces pages jaunes et virtuelles. J'ai cette image de la gamine avec son carnet rose et je me dis que j'ai passé l'âge de plier ainsi devant ce phénomène de mode, qui passera peut-être, sans doute avec le temps. Et quand nous serons vieux, nous dirons, nostalgiques : "tu te souviens, j'étais jeune et con, je roulais à l'essence, je regardais Ruquier à la télé et je tenais un blog".

Parfois, j'ai envie de remettre les mots sur le papier, pour toujours, juste pour moi. Envie de sentir la plume griffer le papier, envie de plus de sincérité, besoin d'aller au fond des choses, de l'encre plein les doigts.

Parfois, je veux donner aux gens que j'aime, juste par les mots, sans parler. Laisser une lettre sur une table de nuit, un papillon de papier sur un pare-brise, un mail dans une boîte sûrement vide, une carte de voeux à quelqu'un que je n'ai pas vu depuis des années.

Parfois, je voudrais vivre sans écrire, arrêter de réfléchir, de chercher les mots qui collent aux moments, et vivre pleinement chaque instant.

***

Posté par Diane Groseille à 19:43 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

dimanche 13 janvier 2008

Chien blanc & poissons surnaturels.

Dernier jour seule, Neb rentre ce soir, dans la nuit. Curieux cette douce solitude paradoxale. Il me manque mais j'aime avancer seule. La semaine a filé, agréable et motivante. J'ai des images normandes derrière moi et l'énergie du boulot qui me transportent alors tout va bien. C'est juste le premier pas qui a compté.

Les réveils seuls sont encore des tortures, et durant les minutes qui suivent, je baigne dans une zone-frontière. C'est encore le cas ce matin : des couleurs et des lumières trop précises, des regards me poursuivent plusieurs longues minutes dans la lumière de la réalité.

Du soleil aujourd'hui, beaucoup de travail en vue (bulletins, correction de copies, lecture d'un manuscrit, mise à jour de sites, correspondance...). Lu est avec moi depuis hier, je suis allée le chercher chez mes parents, il y avait passé la semaine et m'avait beaucoup manqué aussi. Ce fut l'occasion puisque j'y étais seule pour une fois, d'une longue conversation avec mon père. Constructive et efficace. Quand j'ai quitté la maison dans la soirée, il m'a serrée contre lui et j'imagine, compte tenu de la rareté du geste et du caractère du personnage que cela correspond à quelque chose de très fort pour lui.

cordages

Posté par Diane Groseille à 09:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 12 janvier 2008

Arc-en-ciel.

in_rainbows_noir

Le boîtier est arrivé sous le sapin à Noël. Un des deux disques a été écouté trop vite ce soir là dans le brouhaha alcoolisé, puis bousculé dans le retour à la maison, au fond d'un panier. Il y a eu un départ, il y a eu un retour, puis il y a eu une rentrée, ce lundi matin trop terne où pour accompagner un trajet vers des heures de cours, j'ai glissé la galette blanche dans le lecteur de ma voiture. Ma voiture qui est devenue une bulle, l'habitacle une oreille.

C'est arrivé comme une force, une évidence, comme une enveloppe chaude et sensuelle. C'est devenu bousculant, parfois, surprenant. A sept heures et demi ce matin là, j'arrivais dans la salle des profs, un peu sonnée, toute pleine de cette chaleur, incapable de répondre à certaines questions de mes collègues, ailleurs et forte.

Depuis, ils tournent en boucle. Le noir a bien sur remplacé le blanc, et je suis contente de les avoir découverts dans cet ordre. Le blanc est irrégulier, rugueux, comme un alignement de cailloux de tailles et de couleurs différentes. Le noir a cette fluidité, ces harmonies qui hypnotisent et qui se répondent. J'ai tout de suite aimé Last Flowers. J'ai tout de suite retrouvé la logique de Reckorner et de Jigsow falling into place. J'ai été fasciné par All I need. Par ces puissances de basse, par ces désaccords évidents, par ces messages déconcertants. J'ai été bouleversée par la voix de Thom Yorke, par le plaisir évident du groupe qui transparaît dans chaque morceau, par ces rires et ces petits sons qui apparaissent parfois, comme une complicité. C'est comme un calque qui est venu se greffer sur ma vie cette semaine, comme un filtre, lui donnant cet éclairage orangé et intense. C'est comme des centaines de petites billes qui viennent rouler en moi à chaque fois, les unes contre les autres.

Plus il m'emplit, plus j'aimerais revenir au moment de la première écoute, de la découverte naïve. Je m'étais fait la même réflexion pour Hail to the thief. Les premières notes sont de grands sourires qui prennent toute leur force dans le temps.

On me dit souvent que Radiohead est un groupe pour dépressifs, que leur musique est chargée de tristesse, de mélancolie. Je n'ai jamais trouvé autant d'espoir dans de la musique, autant de puissance. Ils transcendent des émotions en leur donnant le relief que j'aimerais donner à mes mots au quotidien.  Ils prennent du noir pour en faire de la couleur. In rainbows.

Et au loin, comme un objectif après lequel plus rien n'aura d'importance, le 6 juillet à Arras, et quelques jours avant Werchter. Parce que Nîmes et Paris sont complets, et parce que si je m'écoutais je ferais toutes les dates...

Et la puissance des sonorités à venir trouve déjà dans ma poitrine une résonance tremblante et troublante.

in_rainbows_blanc

Reckoner 03:18 et le silence.

Posté par Diane Groseille à 20:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]