mercredi 15 juillet 2009

Des efforts.

Une fois de plus encore je noie
Tous les artifices de toi
Plus qu’abimé je me dois
D’intervenir sur mon émoi
C’est bien plus commode j’estime
Plutôt que je m’affirme victime
De travailler à affaiblir
L’impact de nos ex-plaisirs

Quoi ?
L’impact de nos ex
L’impact de nos ex-plaisirs

Une fois de plus encore je viens
Courir à la perte d’un bien
Je dérive mes instincts
Je te veux morte et j’y tiens
Oui il faut que je méprise
Oui il faut que je refuse
Oui il faut que j’interdise
Le tout de ce que tu diffuses

Mais j’essaye
Sans conviction, aucune
J’essaye,
Sans assez de rancune
Pour taire mon infortune
Je vais y perdre des plumes ... hum

Elise est bête, Lislotte est sotte
Elisabeth est une idiote
Mais ce matin même à leur porte
Je me déporte
Je procède à entrevoir
Une matière où s’investir
Pour vider mon réservoir
D’l’impact de nos ex-plaisirs

Quoi ?
L’impact de nos ex
L’impact de nos ex-plaisirs

Plus une fois toi sur mon corps
Une fois de plus encore je noie
Plus la foi en moi d’accord
Toi plus sous mon toit, je nettoie
Oui sur la route qui mène au port
Je veux courir sans que ne fuse
L’idée même d’un remords
De tout ce que tu me diffuses

Mais j’essaye
Sans conviction, aucune


Mathieu Boogaerts, L'impact de nos ex

Posté par Diane Groseille à 08:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


lundi 9 mars 2009

Are you such a dreamer ?

Are you such a dreamer
To put the world to rights?
I'll stay home forever
Where two and two always makes a five

I'll lay down the tracks
Sandbag and hide
January has April's showers
And two and two always makes a five

It's the devil's way now
There is no way out
You can SCREAM and you can shout
It is too late now

Because...
You have not been!

Payin' attention
Payin' attention
Payin' attention
Payin' attention
You have not been paying attention

Payin' attention
Payin' attention
Payin' attention
You have not been paying attention

Payin' attention
Payin' attention
Payin' attention
You have not been paying attention

Payin' attention
Payin' attention
Payin' attention oohh

I try to sing along
But I get it all wrong
Cozimnot
Cozimnot

I swat 'em like flies but like flies the buggers keep coming back NOT
But I’m not

All hail to the thief
All hail to the thief

But I'm not
But I'm not
But I'm not
But I'm not

Don't question my authority or put me in the box
Cozimnot
Cozimnot

Oh go and tell the king that the sky is falling in

When it's not
But it's not
But it's not
Maybe not
Maybe not

Posté par Diane Groseille à 18:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 21 août 2008

Premier septembre.

Il y a six ans, peut-être même sept : il fait nuit depuis trop longtemps et je suis toujours assise à mon bureau sous les combles de mon loft. C'est ma vie d'avant, je suis étudiante, je travaille mal, je travaille trop et l'urgence me fait plancher sur un exposé que je vais devoir présenter dans quelques heures devant ma classe et mon professeur. Je ne saurais en dire le contenu. Je sais simplement que celui-là, comme les autres aura attendu la dernière minute et je m'en veux. Alors que ma plume recopie et trie les brouillons qui s'envolent, la télé derrière moi diffuse les clips nocturnes de M6 destinés aux insomniaques. Ma douzième tasse de café fume près de moi et les cigarettes ne cessent de s'écraser dans l'énorme cendrier bleu. Puis soudain, ce qui changera une partie de ma vie arrive. Le clip Trouble de Coldplay débute derrière moi...


Coldplay - Trouble
envoyé par SweeTDreaM

Comme envoutée, j'abandonne mon travail, toutes ces feuilles volantes sur mon bureau et je pars, en pilote automatique, m'installer en tailleur le nez devant l'écran. A partir de là, les choses ne sont plus tout à fait les mêmes. Bien entendu, ma vie continue, la solitude après la vie à deux, les soirées en boîte jusqu'à pas d'heure, les petits matins dans les rues fraiches de la ville, les heures de soutien au centre tous les soirs,  mes débuts sur internet, belle découverte dont je me méfie, eux, qui sont trop là, ou peut-être pas assez. Toute une période qui reste gravée, presque parfaite. J'en oublie la dèche, les petits jobs minables, les soirées trop seule sans les amis, à regretter, les réveils difficiles... Mais Coldplay me reste de cette époque là, Parachute et Trouble en particulier, comme l'évidence d'un pas en avant.

Posté par Diane Groseille à 09:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 13 juin 2008

Un vieux pote.

Coldplay - Violet Hill - Le Clip! (New)
envoyé par wonderful-life1989

Coldplay - Violet Hill Viral (Dancing Politicians) [New]
envoyé par wonderful-life1989

L'album de Coldplay est sorti lundi. Un conseil de classe malencontreusement déplacé à midi m'a empêchée de me précipiter dans le centre ville pour en faire l'acquisition mais grâce à la magie d'internet, j'ai déjà pu grappiller quelques morceaux. Et il y a quelque chose de très particulier qui se produit à chaque fois qu'on écoute l'album d'un groupe suivi et aimé pour la première fois. On a cette impression de retrouver un ami, un pote qui compte mais que le temps ou la distance a éloigné. Et on reconnait tout de suite ses petites habitudes, ses intonations, on lit son sourire dans la voix, on entend même ses gestes pendant qu'il chante. Je vois pour Chris ses yeux qui se ferment, la démesure de sa bouche qui cherche un cri, son corps qui se désarticule, ses deux mains sur son micro ou qui semblent chercher des hauteurs invisibles. Je vois les paillettes de rire dans ses yeux sur certains morceaux, ses doigts qui dansent sur le piano pour d'autres. Et j'anticipe déjà mon premier septembre...

NB : deux clips pour le même morceau... Merci !

Posté par Diane Groseille à 11:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 15 novembre 2007

Profondément touchée.

Des larmes qui ont coulé hier soir en entendant pour la première fois ce morceau. Parce que ça a vraiement du sens. Comme toutes les dernières chansons de Zazie. Ça m'a pris les tripes. Parce que c'est elle, c'est moi, c'est eux. Les yeux fermés. Et il faudrait les ouvrir.

Posté par Diane Groseille à 09:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


vendredi 20 juillet 2007

Just remember !


Dirty dancing Rock Dou you love me
envoyé par clipclap52


Dirty dancing danse film
envoyé par clipclap52

Et on poursuit dans le regsitre "nostalgie" avec le film culte de mon adolescence. Premiers émois, première idées, première obsessions. Un tel décallage entre le rêve et la réalité : on souhaite être calinée et adorée, mais les garçons de quatorze ans ne pensent alors qu'à cavaler, à rouler leur première pelle et à réussir leur contrôle de maths.  Je pense avoir regardé ce film des dizaines de fois, seule ou avec les copines qui m'avaient collé la cassette dans les mains, les yeux brillants, comme s'il s'agissait là d'un rite de passage, d'une initiation. Il y a dans ce film encore aujourd'hui, quelque chose qui sait me toucher, malgré la "cakitude" omniprésente. Je ne saurais définir quoi exactement. Il y a le contexte, cette grande forêt sombre et humide, les lacs, quelque chose qui est à la fois loin et si proche, un univers, le monde du possible et du rêve. Je me souviens de ces booms, ou une rêveuse trouvait toujours moyen de coller un morceau en espérant hériter d' un cavalier qui aurait su faire d'elle "Frédérique Houseman" alias Bébé. Me reste également cette fascination pour ces magnifiques chaussures à brides (qui m'a traitée de fétichiste ? Attention, je vous entends)... Et que celle qui n'a pas versé sa petite larme sur la scène finale quitte sur le champ ce blog !

Pour les petites anecdotes

  • le 2 a été tourné aux Caraïbes, plus rien à voir avec l'ambiance "forêt mystérieuse"
  • le film a été adpaté en jeu vidéo, il faut gagner un concours de danse
  • Jenifer Grey n'a connu aucun succès après ce film, elle a fini dans des séries télé, contrairement à Patrick Swayze pour qui ce fut un tremplin
  • Le tube de la derrière scène a été écrit spécialement pour le film et a reçu un Oscar et un Golden Globes.
  • Il parait que la pension située dans l'Oregon a connu un record de réservations suite à ce film
  • Le morceau "She's like the wind" a été écrit et interprété par Patrick Sawayze lui-même.... Patriiiiick!

Posté par Diane Groseille à 12:17 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Vous en voulez encore ?

Après les dessins animés, je réexplore le monde de mes séries d'adolescente.
Les années 80/90 en puissance.
Je vous préviens, y'a du gros lourd.

Et si vous êtes sages,
que vous travaillez bien dans vos cahiers de vacances,
et ben peut-être même qu'il y en aura encore.

Magnum générique
envoyé par unzip

Téléchat - Le générique
envoyé par wozardofiz

Palace, ça c'est Palace (ép01, 1/3)
envoyé par spiegel

 

Bebete Show 1993
envoyé par slzaza

Fraggle Rock - Generique
envoyé par hakim93200

Le Magicien - Générique
envoyé par JBauer93

Beverly Hills - Saison 1 -VF
envoyé par eflat

 

X-Files - Generique
envoyé par hakim93200

 

Ricky ou la Belle Vie - Generique
envoyé par gaucha

Série Tv - Maguy - Générique
envoyé par gotti57

Sauves par le gong - generique
envoyé par hakim93200

Quoi de neuf docteur
envoyé par Coqueci

ALF
envoyé par GREG1205

Huit ça Suffit
envoyé par lucile18

Loin de ce monde - Générique Saison 1
envoyé par JBauer93

Docteur Doogie
envoyé par tmath6

Generique - Mac Gyver
envoyé par bebel49

La Quatrième Dimension - Intro
envoyé par Discodandan

PAS DE PITIE POUR LES CROISSANTS
envoyé par exelpat

Serie TV - Pour l'amour du risque
envoyé par valentin73

V - Les Visiteurs
envoyé par Discodandan

Posté par Diane Groseille à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 19 juillet 2007

Encore toute petite.

petits_malins

Il y a quelque temps déjà, j'ai retrouvé chez mes parents, dans une grosse caisse en bois, tous les petits objets qui faisaient le monde miniature de mon enfance. Fascinée par tout ce qui était petit, j'avais une maison de poupée (fabriquée par les mains de mon regretté grand-père, et à l'identique pour ma petite soeur, pour que ça ne fasse pas de drame) que je meublais de petites peluches très réalistes et toutes douces, avec un soucis du détail et de la proportionnalité presque maladif. Nous inventions autour de ces maisonnettes des scénarii dignes de toutes les séries que nous ne regardions alors pas à la télé. Chaque anniversaire, chaque Noël était l'occasion pendant des années de compléter le mobilier de ces petites demeures bien douillettes. En été, on partait même en vacances avec toute la petite famille, et on installait tout ce petit monde dans les arbres, avec des ascenseurs et des hamacs.

Quelle ne fut pas mon émotion en retrouvant les bestioles (écureuils, lapins et souris) au fond d'un placard. Aussi fort que de retrouver un ami d'enfance, qui aurait partagé mes jeux et mes délires, mes peines et mes rêves. Et j'ai été soufflé par ma mémoire, qui a su ressortir de tiroirs poussiéreux les noms donnés à chaque petit animal... Pissenlit, Coton, Mirabelle, Noisette, ...

Posté par Diane Groseille à 10:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

mercredi 18 juillet 2007

Machine à remonter le temps.

Petit patchwork de mon voyage dans le temps effectué hier soir.

Le premier, sans doute le meilleur, Clémentine, qui gagne à être connu. J'étais une toute petite fille et la bulle me fascinait vraiment. Curieusement, à chaque fois que j'entends ce générique, j'ai l'odeur d'une poupée Charlotte à la fraise qui me revient...
Generique Clémentine
envoyé par baddak

Winnie et sa forêt des rêves bleus à plus ou moins consolidé ma géographie enfantine. J'ai longtemps cru, à cause du réalisme des personnages que cette forêt existait quelque part. Avec un Jean Rochefort assis dans un fauteuil de Grand-mère qui passe ses journées à raconter des histoires.

Winnie L'ourson - Generique
envoyé par hakim93200

Punki était alors le symbole de la liberté, de ce qu'on pouvait faire sans risquer d'être puni puisqu'elle le faisait à la télé. J'avais un chien qui ressemblait à Bandit, mais pas les chaussettes multicolores qui allaient avec.

PUNKY BREWSTER
envoyé par GREG1205

Curieusement, le générique, quand je l'ai revu hier soir, a fait naitre en moi des sensations de sécurité et de douceur, d'insouciance et de plénitude. Pourtant, je n'ai pas souvenir d'avoir apprécié plus que ça les Bisounours, mais ça doit correspondre à une époque, à un univers.
 

Les Bisounours
envoyé par donbanania

Petite perle collector, si quelqu'un se souvient de foofur, qu'il se manifeste au plus vite...

Foofur
envoyé par GREG1205

Jayce et les conquerants de la lumiere
envoyé par dantyZ


Village Dans Les Nuages
envoyé par goldywilson


Remi Sans Famille
envoyé par goldywilson

Je retrouve avec émotion les petits bruitages de Tom sawer, et j'écoute le générique d'une oreille bien plus critique, "c'est l'Amérique, le symbole de la liberté",  "il n'a peur de rien c'est un Américain", z'avaient pas honte de faire de la propagande auprès de gamins de huit ans ?

Je pense Nils figure aussi parmi mes préférés, c'était pour moi une sorte de fantasme quand j'étais petite : être minuscule. Ainsi, les minipouce trouvent égalzment très bien leur place dans mon palmares. J'ai d'ailleurs des souvenirs très précis des jeux fascinants que ces dessins animés m'inspiraient...
Nils holgersson et les oies sauvages (generique)
envoyé par Settlersman


Les Minipouces
envoyé par ninoudesiles


Les Maitres De L'univers
envoyé par donbanania

Et le fameux délire des animaux qui parlent, alors ça, c'est encore meilleur que tout le reste...

LES TROIS MOUSQUETAIRES
envoyé par GREG1205


 


Sherlock Holmes
envoyé par doug321

Posté par Diane Groseille à 10:14 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

samedi 30 juin 2007

Surprises.

Il y a des moments importants : un entretien d'embauche, une décision qui change une vie, un oui, un non, une rencontre, des premières fois, des larmes pour une rupture, une faille.

Puis il y a des moments privilégiés, qu'on est les seuls à pouvoir savourer, à comprendre vraiment. M'asseoir sur le balcon encore chaud du soleil de la journée et prendre Lucius tout contre moi. Cueillir une framboise et l'écraser sur la langue, la laisser fondre. Récolter les premières tomates (quelque chose d'un peu magique). Avoir des nouvelles d'un ami dont la trace s'était effacée avec le temps (même si c'est pour le savoir loin). Voir arriver un mois creux et si plein, et peut-être plus. Se laisser tomber après le repas de midi sur le lit et laisser le sommeil venir me prendre. Me laisser baigner de la voix de Thom, hier, aujourd'hui, demain. Un regard, pour dire, oui j'existe. Ma balance le matin qui me dit, ce n'est pas une blague, cinq kilos en moins. Une fête de l'école, des enfants qui dansent, qui chantent, qui vivent des moments importants. Écrire, toujours.

Posté par Diane Groseille à 20:54 - - Commentaires [8] - Permalien [#]