dimanche 6 janvier 2008

Compte à rebours.

  • J'ai fait des lessives,
  • j'ai fait le grand ménage,
  • j'ai rangé mon linge,
  • j'ai remballé le sapin,
  • j'ai imprimé des photos pour les vingt ans de mon frère,
  • j'ai regardé d'un oeil distrait quelques épisodes de Prison break, parce que pas le temps faut y aller.
  • j'ai traité toutes les photos de ces quelques jours de liberté pour les mettre en lignes,
  • j'ai préparé ce devoir blanc pour demain,
  • j'ai commencé à lire ce manuscrit d'un ex-collègue, correction difficile et détaillée,
  • j'ai enfin envoyé ma nouvelle et tous les documents que j'avais promis aux participants de l'atelier d'écriture,
  • j'ai revu mes cours, trié quelques copies égarées,
  • j'ai guetté sur internet l'ouverture des ventes du Werchter festival pour compléter notre virée Radiohead à Arras.
  • j'ai enregistré ma semaine à venir dans un coin de mon cerveau,
  • j'ai envoyé des mails et passé des coups de fil pour mettre en place les heures de cours particuliers (je cumule maintenant  quinze heures en plus de mon emploi du temps habituel)
  • j'ai soigneusement rangé mes souvenirs et mes lumières de vacances dans un petit tiroir de ma tête tout douillet et accessible, pour pouvoir en piocher un si besoin est,
  • je me suis plongée dans l'univers sensuel et un peu magique de Murakami
  • j'ai téléphoné au garage, à l'assureur, au dermato...
  • j'ai écouté ces merveilleux morceaux de In Rainbow
  • il me reste encore pour ce soir à trier ma paperasse, à préparer mon courrier, à écrire quelques cartes de voeux, ces magnifiques cartes commandées sur le site MSF, il me reste à faire le vide, parce que demain...

... Demain commence une longue ligne rouge et droite qui va me mener jusqu'à mi-juillet, alors j'ai voulu faire le maximum les derniers jours, comme si j'allais rester en apnée pendant six mois, passant encore à côté de ma vie. Lu est restée chez mes parents, au vert, parce que demain, sans doute, Neb prend le large et va se mettre au blanc. Je vais rester seule pour affronter cette difficile semaine de lancement.  J'ai cette boule dans la gorge, parce que, oui, j'aime mon travail, mais j'aime aussi ma vie, et quand je travaille, je n'ai plus le temps de vivre. Pas le temps faut y aller.

caillou

Posté par Diane Groseille à 18:28 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


dimanche 14 octobre 2007

Si le temps ne m'était pas compté...

  • Je répondrais à Bruno pour lui faire savoir à quel point son message m'a touché (ce sera bientôt chose faite).

  • J'apprendrais mes kanji japonais avec plaisir, et sans doute encore d'autres alphabets, d'autres langues.

  • J'écrirais des lettres à mes amis, et même à ceux qui ne le sont pas.

  • Je ferais des compotes, des confitures et des conserves pour aligner des bocaux sur des étagères.

  • Je lirais tout ce qui me tombe sous la main, les Courrier international que je n'ai pu que feuilleter, les bouquins qui m'attendent sur ma table de nuit.

  • Je me laisserais guider par la curiosité qui souvent me ronge et que je n'ai pas le temps de satisfaire.

  • J'irais explorer ma ville avec mon appareil photo, explorer les gens, souvent, comme si j'étais invisible.

  • Je mettrais des couleurs dans la chambre d'ami toujours blanche.

  • Je me ferais des grasses matinées sans mauvaise conscience, à m'étirer sous la chaleur de ma couette, à ouvrir un oeil pour voir le jour et repartir à la recherche de ce rêve si doux.

  • J'apprendrais à vous connaître un peu mieux.

  • Je taperais tous ces posts qui traînent encore dans des tiroirs poussiéreux de mon cerveau et que je ne prends pas le temps de mettre à plat, malgré leurs importances.

  • Je passerais des heures dans mon jardin à regarder pousser le vert.

  • Je partirais des journées entières gambader en forêt, pour finalement être bousculée chez moi par la nuit tombée.

  • Je prendrais le temps de découvrir les gens autour de moi. Ces gens que je croise tous les jours et qui pourraient faire partie de ma vie.

bougies_chemin_e

J'ai deux freins dans ma vie : le temps et le regard. Difficile de mettre des mots sur ce que cela représente pour moi, mais je mène enfin en ce moment une lutte sanglante contre ces deux ennemis, qui n'en seront probablement plus lorsque j'en aurais fini. Plusieurs grands pas en avant se font dans ma vie merveilleuse du moment. Je n'ai pas le souvenir d'avoir été aussi à l'aise par rapport à mes choix, mes envies, mon reflet. Pas envie de le crier trop fort de peur que ça m'échappe. Alors chut!

Posté par Diane Groseille à 09:39 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

vendredi 28 septembre 2007

Bonne humeur.

J'aime quand ça se réveille, quand les yeux des gens traînent encore le long des murs, sur les trottoirs, quand le soleil écrase les feuilles mouillées au sol.
J'aime quand je sais que j'ai mon temps, quand je sais qu'il n'y a rien après.
J'aime quand je sens le froid de l'automne qui me dit que c'est un nouveau départ.
J'aime ensuite lire, tranquillement, avec ma tasse de thé, ces mots qui résonnent en moi.
J'aime cette impression de satisfaction du travail qui commence, qui avance, qui construit lentement de petites cathédrales de projets en moi.
J'aime cette indépendance définitivement acquise aujourd'hui et ce souffle de liberté qui gonfle en moi quand j'en prends conscience.
J'aime sentir que tout est devant, et tout est pendant.
J'aime écrire vite, ici ailleurs, en me laissant bousculer par des idées trop pressées, éphémères.
J'aime cette idée nouvelle de pouvoir partager dès lundi cet amour des mots qui ronfle et ronronne en moi depuis que j'ai sept ans.
J'aime penser à ce qui s'est passé hier, comme c'était doux et fluide.
J'aime avoir l'impression que chaque moment est un cadeau.
J'aime attacher mes cheveux en chignon, monter sur la balance et constater que j'ai perdu quelques kilos, puis sourire parce que je sais que ça n'a pas d'importance.
J'aime sentir l'odeur de la soupe de légume qui monte des étages inférieurs par ma fenêtre encore entrouverte.
J'aime l'idée d'aller marcher plus tard dans les rues de ma ville, sans but, parce que j'ai appris à apprécier de nouveau ça.
Et vous, belle journée sans soleil ?

pesey_nancroix

Posté par Diane Groseille à 12:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

vendredi 14 septembre 2007

9.

Nouvelle voiture. Nouveau téléphone portable.
Nouvelles résolutions. Nouveaux projets.
Nouvelles recettes. Nouveaux goûts.
Nouvelle saison.
Nouvelle lumière.
Nouveaux collègues. Nouvelles connaissances. Nouveaux sourires.
Nouvelles classes. Nouveaux cours. Nouveau sac d'école.
Nouvelle programmation télé. Nouvelles lectures. Nouvelles histoires.
Nouvelles perspectives. Nouvelles envies.

Et vous, quoi de neuf  ?

***
_chantillons

Posté par Diane Groseille à 16:44 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

dimanche 1 juillet 2007

Tagguée.

J'ai été tagguée trois fois, par lui, elle, et elle aussi... Les règles énoncées étant à chaque fois un peu différentes, j'ai fait ma tambouille et voilà ce que ça donne : le point commun entre les trois questionnaires portait, si j'ai bien compris, sur la révélation de sept détails me concernant. J'avoue que j'ai tardé, parce que je n'ai vraiment pas été inspirée. Que révéler ? Je dis ici des choses que je juge déjà très personnelles mais qui le restent puisque le voile de la toile me protège. Et s'il y a effectivement des détails que je n'ai pas dits jusqu'à maintenant, en trois ans, c'est sans doute pour une bonne raison. Mais rendons honneur malgré tout à ces trois taggueurs, je me lance, je ne vous promets ni scoops, ni aveux larmoyants :

  1. Quand j'étais petite, j'avais les cheveux très courts, des croûtes aux genoux, je construisais des cabanes et je grimpais dans les arbres. En y repensant maintenant, j'étais toujours le chef de la bande (celui qui fixe les règles, qui exclut les méchants, qui protège les faibles), y'avait même un petit côté despote à bien y réfléchir.
  2. J'ai eu mon bac au rattrapage à cause de la philo. Grosse journée de désespoir lorsqu'il a fallu se rendre à S., le moral à zéro, le trouillomètre à en exploser. Rencontrer sur place les incarnations du stress et de la dépression, tous en train de se ronger les ongles jusqu'au sang, la larme à l'oeil à l'idée de refaire une terminale...
  3. Je ne crois pas en Dieu, ni en aucune force supérieure, ni en un "après" et ne me parlez pas d'extraterrestres.
  4. Un jour aux Eurockéennes, j'ai fait pipi dans ma culotte (Oh ben alors ça c'est un scoop !), parce que j'avais trop rigolé, et trop bu sans doute (heureusement, j'avais de quoi me changer).
  5. Un jour, dans ma rue à M., j'ai vu passer le groupe Radiohead (c'était avant un concert d'eux auquel on se rendait dans une autre ville). J'ai été assez nulle pour ne pas oser leur parler, pour ne pas profiter d'une occasion qui se présente une seule fois dans une vie (mais j'ai quand même un album dédicacé grâce aux plus courageux qui étaient avec moi)
  6. J'aime la bière, quand il fait chaud en été, sur les terrasses de café, et j'aime cette ivresse qui prend doucement possession de mon corps et de mon esprit quand j'en abuse.
  7. Je suis timide, mais je me soigne. Je peux être paniquée à l'idée de rentrer seule dans un bar, à l'idée de devoir dire bonjour à quelqu'un, à l'idée d'un regard trop insistant sur moi. Et pourtant j'enseigne, je suis tous les jours face à des groupes et là, y'a plus de panique du tout. Paradoxe que je ne sais expliquer. Peut-être la magie du métier.

Posté par Diane Groseille à 10:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


dimanche 24 juin 2007

Seven.

La luxure : qu'est-ce qui vous fait fantasmer ?
La séduction, l'inachevé, la suggestion, le fait que tout reste à prouver. Dans n'imoporte quel contexte, dans n'imorte quelle situation.

L'orgueil : de quoi êtes-vous la plus fière ?
De ma vie, de ce que je suis en général, du kaléidoscope que j'ai su composer. De mes choix, de mes prises de risques, de mes convictions. Peut-être plus en particulier de mon parcours professionnel, toujours sur le fil, sans filet et tellement excitant. De ne pas avoir céder à la facilité.

La colère : qu'est-ce qui vous met hors de vous ?
Dans l'ordre. La mauvaise foi. La lacheté. La suffisance. Et ces gens aigris qui attendent parce qu'ils pensent que tout leur est dû.

La gourmandise : quels sont vos plats préférés ?
La blanquette de veau de ma maman sur la première marche du podium. Et en régle générale, je ne pourrais me nourrir que de fruits.

L'avarice : cigale ou fourmi ?
Cigale, depuis toujours, mais jamais La Fontaine n'est venu me tirer les oreilles, et jamais je n'ai dû aller me plaindre chez cette prétentieuse de fourmi. Je me souviens de grosses galères étant étudiante, mais depuis tout va bien.


L'envie : qu'est-ce qui vous rend jalouse ?
Le courage de certains, celui que je n'ai pas, celui de tout plaquer pour partir au bout du monde par exemple.

La paresse : comment aimez-vous vous relaxer ?
Dormir, lire, regarder la télé, entrer dans des fictions et oublier la réalité
, oublier le temps qui passe.

vigne_ble_coquelicots

Posté par Diane Groseille à 10:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 21 juin 2007

Rentabiliser une matinée

  • Promener le chien sous un pluie battante et se marrer de le voir raser les murs pour éviter les gouttes.
  • Faire un pain à l'italienne
  • Corriger trois paquets de copies.
  • Prendre une douche fraîche
  • Faire tourner deux machines
  • Laisser un message ici
  • Passer le balai
  • Regarder la pluie et les éclairs au dehors
  • Faire une tarte aux brocolis pour midi
  • Préparer les cours de cet après-midi
  • Regarder un épisode de Beverly Hills
  • Boire deux tasses de thé vert Orient
  • Arroser mes plantes qui ont déjà été saucées cette nuit
  • ...

Posté par Diane Groseille à 12:02 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

mercredi 18 avril 2007

Ah si j'étais riche...

... Je suis riche. Pas de gros lot euromillions, pas de compte en banque qui déborde loin de là. Pas de maison de campagne ou de voiture de luxe. Une vie confortable, à peine au-dessus de la moyenne à force d'efforts. Mais je suis pourtant vraiment riche. Mes dix plus grandes richesses, par ordre d'importance :

  • Mon libre arbitre, ma liberté de pensée et d'expression et je crois que par les temps qui courent, même dans notre pays, ce sont de vraies richesses.
  • Ma santé et celle de ma famille. Pas de soucis en vue et on croise les doigts.
  • Ma famille, et mon Neb homme de moi. Les liens qui nous unissent, cette confiance et cette complicité qui (malgré toutes les petites irrégularités que présentent ces relations) sont une vraie force.
  • Mes amis. Ces gens que je peux compter sur les doigts des deux mains et sur qui je peux vraiment compter.
  • Cette capacité à sentir les choses, irrationnelle, presque au delà des mots (je ne les ai d'ailleurs jamais trouvés ici pour exprimer ça). Un parfum, une note, un souffle, un goût qui peuvent se métamorphoser en feu intérieur. Tous mes souvenirs qui sont comme des briques de moi-même.
  • Les mots, ceux que que je vais utiliser pour transmettre des savoirs ou des compétences, pour transmettre des émotions, pour mieux les comprendre aussi moi-même souvent. Ces mots qui sont le miroir de ma sensibilité, mais aussi de mon éducation, de mon instruction, de ma culture, transmises par mes parents.
  • Mon ambition, mes projets, mes envies, aussi utopiques soient-ils, qui me portent chaque jour.
  • Mon Lucien, tout ce qu'il peut m'apporter de surprise et de joie.

Plus concret pour les deux derniers :

  • Mon appartement, qui appartient toujours à ma banque pour le moment et pour les vingt cinq années à venir, mais auquel nous faisons prendre de la valeur tous les jours et qui représente un vrai investissement, pour les projets à long terme.
  • Mon violon, et ce que j'ambitionne d'en faire.

Et vous, quelles sont vos richesses ?

Posté par Diane Groseille à 23:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 2 février 2007

Les fameux 7 trucs.

Je me décide à répondre à ma Midinette préférée, avec un bon mois de retard, saura-t-elle me pardonner ?

7 choses possibles que j'aimerais faire avant de mourir:

*Avoir des enfants.
*Publier un livre ou plusieurs.
*Racheter un corps de ferme, y vivre, y travailler, y recevoir plein de monde, avoir plein de chiens.
*Apprendre plein de langues étrangères.
*Faire le tour du monde.
*Être et rester heureuse, et transmettre le bonheur autour de moi
*Faire l'amour avec deux hommes (chut...)

7 choses improbables que j'aimerais faire avant de mourir:

*Devenir une comédienne célèbre.
*Devenir présidente de la République.
*Vivre une folle histoire d'amour avec l'une des célébrités citées ci-dessous
*Être très belle.
*Être garde forestier.
*Un exploit sportif, peu importe lequel, juste pour le dépassement.
*Devenir très riche, et pouvoir me montrer très généreuse.

7 choses que je fais bien:

*Enseigner, transmettre, aider, expliquer.
*Le pain/ les bons petits plats en général.
*Écrire (enfin, je crois...), r
aconter.
*Aimer.
*Jardiner.
*Les photos.
*Dormir.

7 choses que je ne peux pas/ne veux pas faire 

*Sauter à l'élastique (putain de vertige).
*Manger du foie gras.
*Mettre mes clés toujours au même endroit/trouver mes affaires au dernier moment.
*Relativiser.
*Chanter (pour le bien de tous)
*Choisir.
*Anticiper.

7 choses qui vous attirent dans le sexe opposé:

*Les mains et les poignets.
*La capacité à s'en foutre ou au contraire à prendre des décisions et à les assumer.
*La peau.
*La tendresse.
*L'humour.
*Le regard.
*La voix.

7 choses que vous dites souvent:

* Oh merde...
* Faut arrêter de se tourner le doigt dans le Q.
* Faut arrêter de se tirer sur la nouille.
* Espèce d'excité du bulbe.
* Oui, mais en même temps...
* Motus
* Minute papillon.

7 béguins pour des célébrités:

Jeremy Irons

irons

Thom York

york

Chris Martin

chrismartin2jy

Charlotte Gainsbourg

charlotte

Romain Duris

romain_duris

Edouard Baer

baer

Jim Morrison

The_Doors_Jim_Morrison__1_


 

Posté par Diane Groseille à 14:18 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 4 décembre 2006

Et ça circule.

Des bonnes et des moins bonnes, à vous de faire le tri, en hommage à ce message du voisin que j'avais adoré.

On ne dit pas "POLEMIQUER" mais "Paul et sa souris"
On ne dit pas "Le Massif Central" mais "Le gros du milieu"
On ne dit pas mon corridor, mais mon corps se repose.
On ne dit pas c'est l'Amazone, mais c'est là que j'habite.
On ne dit pas il est chétif, mais il est chez le coiffeur.
On ne dit pas la maîtresse d'école, mais l'institutrice prend  l'avion.
On ne dit pas jerrycan, mais je rigole.
On ne dit pas le ton monte, mais la fille moche prend l'ascenseur.
On ne dit pas javéliser, mais j'ai lu.
On ne dit pas un ingrat, mais un nain gros.
On ne dit pas le petit poucet, mais le gosse était constipé.
On ne dit pas mine de rien, mais gisement épuisé.
On ne dit pas démanger, mais vomir.
On ne dit pas un poète, mais un klaxon.
On ne dit pas un enfoiré, mais une année de perdue.
On ne dit pas une biroute, mais une route à deux voies.
On ne dit pas dégâts des e aux, mais des marins.
On ne dit pas je suis paniquée, mais je cherche un mec.
On ne dit pas adéquation, mais y a-t-il des questions.
On ne dit pas je suppute, mais je suis péripatéticienne.
On ne dit pas un conquistador, mais un imbécile narcissique.
On ne dit pas j'ai vaincu, mais je suis pluri-anal.
On ne dit pas faire des vendanges, mais péter comme un Dieu.
On ne dit pas un microprocesseur, mais un petit prof.
On ne dit pas un homme hors pair, mais un eunuque.
On ne dit pas couper le beurre, mais circoncire.
On ne dit pas un pinailleur, mais un mari infidèle
On ne dit pas barbecue, mais poils aux fesses.
On ne dit pas la bonne paella, mais la femme de ménage est absente.
On ne dit pas mélodie en sous-sol, mais gare la voiture au parking souterrain.
On ne dit pas je tripote, mais j'ai trois amis.
On ne dit pas le processus de paix est enclenché, mais je vais lâcher une caisse.
On ne dit pas c'est alligator, mais c'est Mouloud qui a raison.

Posté par Diane Groseille à 14:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]