Ce matin, encore un soleil timide puis il a pris la fuite. Normal, voilà le week-end. On aurait pu en profiter. Il a fait beau toute la semaine et... Depuis quelques heures, c'est le déluge, vent et pluie. Moi, ici, toujours enfermée dans une salle de cours à surveiller des étudiants épuisés par une semaine d'examens blancs, je subis une tempête intérieure.

_corce2

Je ne suis pas susceptible, il n'y a pas grand chose qui puisse me froisser. Mais quand on touche à ma façon de travailler, je deviens une lionne. Et là, j'enrage depuis hier soir. Voilà quelques semaines que la tension était palpable dans un des centres où j'interviens. Le seul où les gens ont pris pour habitude de s'aboyer dessus, plutôt que de communiquer poliment. Puis il y avait également tous ces petits dysfonctionnements : plus de photocopieuse, changements d'emploi du temps dont on m'informe le matin même, retours des élèves déçus, heures de cours non payées... Alors, au bout de trois mois de ce régime, je prends ma plume virtuelle pour en faire part à la directrice (que je ne vois jamais car mes heures ne sont de toute évidence pas les siennes). Je m'applique dans les tournures de phrase et dans la diplomatie... Je sais qu'il ne doit pas être facile de recevoir ce type de message, et qu'en plus, je n'étais sans doute pas la première à manifester mon mécontentement. En gros, je lui mettais son museau dans le caca, mais en douceur. Je m'attendais à ce qu'elle me rassure quant au délai et à une amélioration à venir. Et celle-ci, vexée sans doute par mes remarques, m'a renvoyé hier soir un mail dans lequel elle remettait en question mon implication et se servait de cet élément pour expliquer tous les désagréments rencontrés. La formule était savante : "On s'est toujours adapté. Pour cela il faut de l'implication ce que je ne ressens pas forcément chez toi ces derniers temps." Une colère liquide m'a envahie. Celle qui fait des vagues. Celle qui ne supporte pas la goutte de trop. Et depuis, comme un acide, elle me ronge. J'ai besoin de mettre des mots dessus, de rabattre son caquet à l'incompétente. Sa mauvaise foi me dégoutte. Et je vais le lui faire savoir...