vendredi 31 juillet 2009

Pony pony run run.


J'aime.
Les petits éclats de vacances.
Les gros plans, les plans larges.
La complicité.
Tout ce que ça dit sans parler.
L'impression de l'avoir vécu.
Et pourtant si loin.

Posté par Diane Groseille à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


jeudi 30 juillet 2009

Le malentendu.

" - Qu'est-ce que ce mot veut dire ?

- Il veut dire tout ce qui à présent me déchire et me mord, ce délire qui ouvre mes mains pour le meurtre. n'était cette croyance entêtée qui me reste dans le cœur, vous apprendriez, folle, ce que ce mot veut dire, en sentant votre visage se déchirer sous mes ongles."

Le Malentendu, Albert Camus, 1958.


Je retrouve ces mots qui me trottaient dans la tête depuis des mois. Les mots d'une pièce jouée il y a une dizaine d'années. Les mots de la rage que j'avais à l'époque cherchée au plus profond de moi-même et sans doute surjouée, alors trop jeune et innocente pour connaître la force de ce sentiment. Aujourd'hui, je relis la pièce, je survole ces pages et les mots que je lis trouvent un écho dans un tiroir de ma mémoire, bien rangés. Dans la solitude d'une pièce sombre qui veut se protéger de la chaleur, je mesure l'impact de ces dix années.

Posté par Diane Groseille à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 21 juillet 2009

Merci !*

Avant tout merci à Stéphane pour cette merveilleuses vidéo
(ça faisait un moment que je voulais proposer un relai ici)
et aussi à tous les autres :
Ceux qui lisent,
qui aiment,
qui n'aiment pas,
qui commentent,
qui patientent,
qui sourient,
qui sont hors sujet,
qui me font rire,
qui me font réfléchir,
qui ne comprennent pas,
qui essayent,
qui voudraient bien,
mais qui peuvent pas,
et tous les autres encore !


*réalisation  Christine Rabette, 2002.

Posté par Diane Groseille à 13:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Cogito Ergo Sum.

Je suis une entité. Je suis une terrienne. Je suis une humaine. Je suis une européenne. Je suis une Française. Je suis une Alsacienne. Je suis une habitante de ma ville.

Je suis une personne. Je suis une femme. Je suis une adulte. Je suis une trentenaire. Je suis une citoyenne. Je suis une électrice.  Je suis une voisine. Je suis une propriétaire. Je suis une employée. Je suis une collègue.

Je suis une consommatrice. Je suis une cliente. Je suis une patiente. Je suis une spectatrice, une téléspectatrice, une lectrice. Je suis une internaute. Je suis une ménagère de moins de cinquante ans. Je suis une écolo. Je suis une adulescente. Je suis une midinette. Je suis une fan de Coldplay, de Radiohead, du Japon, des films d'horreur, de la photographie et de tant d'autres choses. Je suis une touche-à-tout.

Je suis une fille. Je suis une sœur. Je suis une nièce, une filleule, une cousine, une petite-fille. Je suis une amie. Je suis une confidente. Je suis une copine. Je suis une ex'.

Je suis une enseignante, une prof, une formatrice. Je suis une vacataire. Je suis une animatrice d'atelier de théâtre. Je suis une donneuse de leçons. Je suis une photographe. Je suis une cuisinière. Je suis une boulangère. Je suis une jardinière. Je suis une "écrivaine". Je suis une violoniste.

Je suis une caractérielle, une emmerdeuse, une chieuse. Je suis une curieuse. Je suis une gourmande. Je suis une paresseuse. Je suis une grosse dormeuse. Je suis une égoïste. Je suis une timide. Je suis une intellectuelle. Je suis une indécise. Je suis une casanière. Je suis une frustrée. Je suis une maniaque. Je suis une romantique. Je suis une niaise. Je suis une trouillarde.

Je suis UNE.

Unité. Article indéfini féminin singulier. Plus indéfinie que jamais, malgré les efforts fournis plus haut. Et définitivement singulière et à accorder au singulier.

***

Clavicule

***

Posté par Diane Groseille à 08:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

lundi 20 juillet 2009

Force d'inertie.

Vacances.
Les journées semblent enfin ralentir.
L'espace-temps m'échappe pourtant.
Je me sens essoufflée, comme après une course.
Retour de quelques jours de vadrouille :
deux jours en Italie,
deux jours dans les Alpes,
deux jours avec le Pooh.
Et me réhabituer ensuite à la solitude.
Les mots sont là, toujours, mais si difficiles à articuler.
Des centaines de phrases en  attente,
trop périlleuses à formuler, trop douloureuses.

papillon8
Cliquez pour plus d'images

***

NB : je me décide enfin à répondre à vos nombreux commentaires, laissés en attente, comme tout le reste. Merci à vous tous d'être là.

Posté par Diane Groseille à 11:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 15 juillet 2009

Des efforts.

Une fois de plus encore je noie
Tous les artifices de toi
Plus qu’abimé je me dois
D’intervenir sur mon émoi
C’est bien plus commode j’estime
Plutôt que je m’affirme victime
De travailler à affaiblir
L’impact de nos ex-plaisirs

Quoi ?
L’impact de nos ex
L’impact de nos ex-plaisirs

Une fois de plus encore je viens
Courir à la perte d’un bien
Je dérive mes instincts
Je te veux morte et j’y tiens
Oui il faut que je méprise
Oui il faut que je refuse
Oui il faut que j’interdise
Le tout de ce que tu diffuses

Mais j’essaye
Sans conviction, aucune
J’essaye,
Sans assez de rancune
Pour taire mon infortune
Je vais y perdre des plumes ... hum

Elise est bête, Lislotte est sotte
Elisabeth est une idiote
Mais ce matin même à leur porte
Je me déporte
Je procède à entrevoir
Une matière où s’investir
Pour vider mon réservoir
D’l’impact de nos ex-plaisirs

Quoi ?
L’impact de nos ex
L’impact de nos ex-plaisirs

Plus une fois toi sur mon corps
Une fois de plus encore je noie
Plus la foi en moi d’accord
Toi plus sous mon toit, je nettoie
Oui sur la route qui mène au port
Je veux courir sans que ne fuse
L’idée même d’un remords
De tout ce que tu me diffuses

Mais j’essaye
Sans conviction, aucune


Mathieu Boogaerts, L'impact de nos ex

Posté par Diane Groseille à 08:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

samedi 4 juillet 2009

See you soon.

Posté par Diane Groseille à 15:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]