Je me disais que j'aurais le temps. Je me le dis encore d'ailleurs. Mais l'échéance est proche. Demain matin : rentrée des classes. Quelques heures me séparent encore des premiers mots écrasés sur le tableau.

Ce sera avec quelques élèves seulement. Je commence demain matin dans un nouvel établissement de ma ville. Je commence avec deux heures  de cours qui seront hebdomadaires et qui vont filer vite (j'ai l'habitude de tranches de quatre heures) Par contre, c'est un nouveau lieu, il y aura des nouveaux collègues, une nouvelle photocopieuse, de nouvelles habitudes à prendre... Puis demain après-midi, par contre, beaucoup plus sereinement,  je retrouverai mes marques, je vais faire ma troisième rentrée à Mulhouse. Là-bas, je fais presque partie des meubles. Je connais tout le monde y compris les élèves que j'ai déjà eu en première année.

Alors voilà comment se profile l'année : jonglerie entre les deux établissements. On rajoutera la-dessus les cours de théâtre dès octobre. Je garde bien sur mes quelques heures hebdomadaires avec Nicolas (les points ont été mis sur les i avant les vacances car il baissait les bras, je suis curieuse de voir quelle sera son attitude après un mois et demi de vacances). Peut-être quelques autres cours particuliers viendront se greffer dessus, mais je laisse les gens venir à moi, je ne veux pas reproduire le schéma de l'an passé et me retrouver avec des semaines puzzle impossibles à boucler. Il y aura sans doute quelques élèves très satisfaits de l'an passé (notamment de leurs notes au bac français) qui feront appel à moi ponctuellement. Par contre, plus de FLE, j'en ai trop sué avec cette boîte américaine qui me payait après quatre mails de rappel et en dollars s'il vous plait !

Alors on relance la machine. Avec cette certitude que ça ne durera pas comme ça, même si c'est plaisant et très avantageux. La vie de vacataire a ses inconvénients à long terme...  Je regarde en arrière ces quelques semaines de vacances. Depuis notre retour des Alpes, beaucoup de pluie, comme pour nous faciliter l'idée que les vacances s'achèvent. Nous avons malgré tout connu une semaine de bringue avec des amis venus de Grenoble : la collocation, les repas à pas d'heure, les fiestas, les abus... Je sais que mon emploi du temps du mois de septembre est toujours light, les premières années n'arrivent qu'en octobre, j'ai donc encore de belles journées devant moi...

aubure_de_loin

***