jeudi 15 novembre 2007

Polysémie.

J'ai des étudiants adorables qui pensent au bien-être de leurs professeurs. Hier, une jeune fille m'aperçoit en salle des profs, se faufile discrètement vers moi et me tend un paquet de gâteaux visiblement chaudement issu d'une boulangerie. Petit clin d'oeil, presque pas de mots, je lui en pique un et continue ma correction de copies. Plus tard dans la journée, elle me voit passer dans un couloir, les bras chargés. Elle tient toujours le paquet de gâteaux et m'interpelle en me le tendant :
"N'hésitez pas, reprenez-en un, ils sont délicieux"
Et moi, pressée mais avec le sourire :
" C'est gentil B., mais tu me gaves là !"
En un quart de seconde, j'ai vu ses yeux devenir aussi gros que ses coockies, elle a tourné les talons et s'est éclipsée. Il m'a fallu quelques secondes pour comprendre le message qu'elle avait compris... Et filer lui donner des explications.

Posté par Diane Groseille à 10:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Profondément touchée.

Des larmes qui ont coulé hier soir en entendant pour la première fois ce morceau. Parce que ça a vraiement du sens. Comme toutes les dernières chansons de Zazie. Ça m'a pris les tripes. Parce que c'est elle, c'est moi, c'est eux. Les yeux fermés. Et il faudrait les ouvrir.

Posté par Diane Groseille à 09:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]