jeudi 23 août 2007

?

Petit détour de deux heures dans les vignes... D'habitude, je ne pense pas à grand'chose, je marche, je vide.

Et cette pensée soudain, qui m'a déjà effleurée plusieurs fois cet été, et qui s'impose à moi comme une évidence, comme une grande claque dans ma tronche :

"à quoi bon écrire quotidiennement un blog ? "

Que de temps perdu pour si peu ! Les retours se font rares et n'ont d'ailleurs jamais été bien nombreux et même en faisant abstraction de l'échange virtuel qu'ils pourraient représenter, quel intérêt direct pour moi ? tant de personnes que j'avais crues importantes sont parties comme elles sont venues ! Tant de paroles fortes se sont évaporées sitôt écrites ! Considération profondément égoïste, mais soudain, les trois années passées à prendre tant de plaisir, à voir le blog comme un miroir, comme un lieu de réflexion et de mémoire me semblent bien futiles. La pensée en est restée la, entière, violente et froide. Je n'ai pas voulu la brusquer, la décortiquer. Elle reste là, immobile, elle me regarde.

Sur ce, je pars boire une bière en ville avec la question au dessus de ma tête.

pression

Posté par Diane Groseille à 18:17 - - Commentaires [18] - Permalien [#]


mardi 21 août 2007

Opium.

Emilie Simon,  Poupée magique à découvrir absolument.

ES

Posté par Diane Groseille à 17:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Tempus fugit.

Ces temps ci, il fait un temps à ne pas mettre le nez dehors, un temps de chien.
Alors, je passe le temps, sans emploi du temps, j'ai du temps à moi.
Je perds ou je gagne mon temps?
Un gain sans doute, puisque la plupart du temps, le temps c'est de l'argent.
Je prends mon temps, car dans quelques temps reviendra la fuite du temps.
Le temps file et pourtant le temps nous manque toujours.
C'est dans l'air du temps de dire que les temps sont durs.
Le temps nous presse,
toujours cette peur de ne pas y arriver à temps,
cette trouille qui nous obsede à temps plein.
Si seulement on pouvait se contenter de chaque chose en son temps.
On a jamais le temps, mais l'avait-on dans le temps ?
Au temps pour moi, j'en mets du temps...
Avec le temps va, tout s'en va.

pierres_jaunes

Posté par Diane Groseille à 16:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

lundi 20 août 2007

Conversation Ridicule Surprise.

Concert des Smashing Pumpkins à la foire aux vins ce soir (pas terrible, ceci dit en passant, cacophonie saturée, on a quitté l'amphi bien plus tôt que prévu, juste avant la surdité)

... Mais le petit bonheur de la soirée est ailleurs...

... Sur ma gauche à l'entrée, trois CRS, figés, qui regardent passer la populace, avec un air fier et digne. Deux sont en pleine discution, mais ne perdent pas la foule des yeux. En passant, je capte des bribes de conversation :
"... Et là, je lui dis : non, mais attends, je vais faire pipi"
L'autre le coupe :
"Ah, et quand tu vas faire caca, tu lui en parles aussi ?"

Il m'a fallu un petit temps pour me remettre de tant d'émotion...

Posté par Diane Groseille à 01:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 17 août 2007

Bison toujours pas futé*.

On nous annonce un week-end rouge dans le sens des retours. Depuis toute petite moi, je me demande dans quelle direction est le sens des retours. Parce que les gens du Sud qui viennent en Alsace, si j'ai bien compris le principe, quand ils rentrent chez eux, ils prennent la route de l'aller alors ? Ils ont de la chance, c'est comme s'ils partaient une deuxième fois en vacances !

* Ou alors c'est peut-être moi !

Posté par Diane Groseille à 15:28 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

jeudi 16 août 2007

Arrêt sur image.

Un rayon de soleil. Un Lucien dans son panier. Neb a repris le boulot aujourd'hui, ces deux dernières semaines grises ont filé, au rythme de films d'animation japonais*, d'épisodes de Heroes, de petites balades, d'escapades, de rangement et de travaux.

Virée à Mulhouse, chère et tendre ville, il y a deux jours. Quelle surprise ! La ville est transformée. J'ai beau y travailler, je n'avais pas mis les pieds dans le centre depuis des mois et je suis tombée des nues. Les rues sont métamorphosées et je suis restée la bouche ouverte devant tant de mutations. Nous avons flâné dans les rues et les petits recoins de mes années étudiantes. Nous avons fini dans un petit restaurant japonais* très bon marché par rapport à ce qu'on nous propose à Colmar. Je suis rentrée pleine de nostalgie et d'étonnement. Ça m'a fait l'impression d'un retour de voyage dans la maison familiale pour me rendre compte qu'on a redécoré ma chambre pendant mon absence : la surprise est agréable, mais déroutante.

Jolie balade hier entre Hunawihr et Riquewihr. Rafraîchissante et lumineuse. Bouclée par un apéro en terrasse avec le canard du jour.

La rentrée se précise. Mais j'aurais bien l'occasion de m'étaler sur le sujet, y'a de quoi faire.

vignes_eguisheim

*Explications très prochaines sur cette récurrence.

Posté par Diane Groseille à 16:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 14 août 2007

SAV des émissions.

Britney Spears est un cure de désintoxication à Malibu...

...Elle aurait mieux fait d'aller à Evian.

J'adore Omar et Fred, c'est plus fort que moi.

Posté par Diane Groseille à 11:09 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 10 août 2007

Optimiser, positiver.

Révélation qui simplifie la vie,
C'est si simple que je me demande pourquoi
je n'applique pas ce concept depuis ma naissance :

Faire les choses quand on y pense.
Comme ça, c'est l'évidence, mais je vous assure que c'est révolutionnaire.


Alors voilà à quoi on pense quand novembre se pointe en août :
De nouveaux concepts pour optimiser le temps*.

Pour exemples :

  • Répondre aux courrier, aux messages et aux textos quand on les reçoit pour ne pas se brouiller à cause de ceux qu'on oublie et pour éviter les rappels de factures qui ressemblent à des menaces de mort.
  • Cesser les listes à ralonges qui procurent une certaine bonne conscience parce qu'on a l'impression que ce qui est sur le papier est fait au moins à 50%.
  • Corriger les copies quand on les ramasse pour les corriger mieux et oublier la technique de l'urgence (=stress, frustration et approximation).
  • Rentabiliser une semaine de vacances, ou même une journée de repos pour ne pas se retrouver à la dernière minute à se dire que finalement on a pas fait grand'chose.
  • Ranger les papiers au jour le jour, avoir un bureau organisé (ma maison, c'est ma tête, si c'est le bronx, je suis perdue) pour éviter les fouilles archéologiques le jour de la déclaration d'impots.
  • Idem pour le repassage, la technique au jour le jour devrait éviter les pyramides textiles qui demande une demi-journée devant la table à repasser....

... Tout ce qui devrait au final permettre une vie plus sereine et plus calme, avec finalement peut-être plus de temps pour des choses vraiment épanouissantes, surtout quand on veut cumuler autant que moi (nouvel emploi du temps à nouveau bien serré à la rentrée).

Verdict après application.

* Tempus fugit, drame de ma vie.

Posté par Diane Groseille à 19:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

mercredi 8 août 2007

Hors saison.

Rentrés dans la nuit de lundi à mardi.
Mes cuisses et les épaules dorées me permettent de savoir qu'il y a quelques jours encore j'ai profité du soleil.
Depuis, c'est le déluge, un été pire qu'un automne.
Je trie des papiers, je tombe sur les traditionnels vieux souvenirs.
Demain nous allons treminer la peinture de l'appart'.
On traine, dedans, alors qu'il faudrait profiter du dehors.
C'est sinistre comme un dimanche soir après un week-end creux.
Pas de nuances.

Nos huit jours aurons été futiles à souhaits.
De l'eau, de l'air, la vie.
Peut-être juste cette impression
trop pesante parfois
d'être à nouveau une gamine
ou en tout cas prise comme telle.

Posté par Diane Groseille à 20:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]