jeudi 26 juillet 2007

Lauryn.

dans_la_lumi_re

lauryn

Ça coûtait trop cher. C'était trop loin. Mais qu'est ce que j'aurais aimé la voir. Mais qu'est ce que j'aurais aimé l'entendre. Une des plus belles voix selon moi. Je ne me lasse pas de l'écouter. Je me suis endormie tant de fois avec elle, assise près de moi, sa guitare sur les genoux, à me raconter des choses douces et violentes à la fois. Comme ces contes qu'on écoute quand on est enfant. J'ai beau être athée, la foi de ses paroles me touche. J'ai beau connaître les propos qu'elle a pu tenir et savoir ce qu'on lui reproche, je ne me lasse pas de sa voix. Et j'aurais tant aimé être à Nice hier soir, vibrer avec ces milliers d'âmes, avec la sienne, le temps d'un concert.

Descendant le ruisseau de ma vie
Des réservoirs de fascination dans mon sommeil
Rafraîchissant le feu de mon désir
Réchauffant le froid avec sa facilité intérieure
Fondant les murs de l'inhibition
Évaporant toutes mes craintes
Me réduisant par le baptême à une entière soumission
Dissolvant mon état de ses larmes
 
C'est comme de l'eau
Je n'ai jamais ressenti ça au fil des ans
C'est comme les eaux, l'eau
Je n'ai jamais ressenti ça au fil des ans
 
Ruisselant à travers mes sens il l'emporte
Flottant à travers l'espace de mon intention
Noyant ma navigation intérieure enflammée
Buvant dans le courant principal de son esprit
Remplissant à ras-bord la coupe de mes émotions
Débordant dans tout ce que je fais
Si seulement je pouvais me perdre dans son océan
Me raccrochant à la seule pensée de t'aimer
 
 
Baignant dans la fontaine de son essence
Il provoque mon expression pour rester
Humiliée sur la montagne par sa présence
Lavant mes intentions avec son nom
Fermant toutes les écluses de sa passion
Sauvant tout son liquide pour lui
M'hydratant de satisfaction
Dans mon imagination, oh non
Il me vide son âme durant des heures
Arrachant ma nature de ses mains
Envieuse, je suis assoiffée de son pouvoir
Consciente que je ne suis pas digne de son territoire
 
 
Il me nettoie, il me purge, et me remue
Il me baigne et il me nettoie, et me remue
Remue, et remue et remue... et remue
Il me lave, me nettoie, me remue
Il me purge, il a été nettoyé et me remue
Et me remue... ... . . et me remue

Posté par Diane Groseille à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Empêcheuse de tourner en rond.

dans_l_ombre

Pour la beauté du geste ?

Ras le bol du Tour de France. Pathétique course où les participants sont comme autant de robots, de machines qu'on aurait mis sur un circuit à tourner en rond. Course du fric, des sponsors, des medias, et des petits pantins avec des piquouzes dans les bras. Course de l'hypocrisie, du mensonge, de la mauvaise foi.

Où en est le sport ? Où est l'exploit.  Pourquoi les chaînes de télé insistent pour nous montrer tant de bétise ? Comment les coureurs qui participent encore à cette comédie peuvent-ils se regarder en face. Comment croire ceux qui se disent propres et indignés ? A midi, je suis restée perplexe devant la tête de ce coureur qui disait avoir envie de coller son poing dans la gueule à certains. C'est ça la solution ? Taper dans le tas ? Et si c'était simplement une parade, et si lui aussi, "à l'insu de son plein gré" était dopé... Personne ne sait rien. Mais si cette énorme machine à fric n'était pas médiatisée ainsi chaque été le sport aurait peut-être encore une valeur. Quelle image renvoit-on aux jeunes en manque de modèle ? L'image d'une société ou tricher c'est gagner. Et pourquoi tout le fric générer ne permet pas des contrôles systématiques. Pourquoi se fout-on de nous avec des joueurs qui parviennent à passer entre les mailles du filet ?

Si vous avez des réponses à mes questions, elles sont les bienvenues, parce que là, je reste sans voix devant tant de connerie !

Posté par Diane Groseille à 14:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]