jeudi 31 mai 2007

J'avoue...

... Oui, bon d'accord,
j'ai passé une bonne partie de ma journée
devant l'écran de mon ordinateur,
ça se voit tant que ça ?
Et puis, alors, ça vous dérange ?
Non mais, de quoi je me mêle...
Et même que ça fait vachement du bien.

Jonglage de mots,
temps passé avec le corps,
pas si somnolent aujourd'hui,
Découvertes,
déambulation,
chez ceux quon connaît,
chez les inconnus,
ailleurs,
écrire,
écrire,
écrire...

Posté par Diane Groseille à 19:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


En manque d'inspiration ?

Pour les poètes en herbe
(et aussi ceux en sable, en coton, en malabar, en satin, en poudre de pétale de coquelicot...),
une découverte géniale aujourd'hui,
dictionnaire en ligne,
que beaucoup connaissent sans doute déjà,
un peu particulier,
à découvrir, pour ceux qui l'ont toujours sur le bout de la langue.

ombres_chinoises

Posté par Diane Groseille à 19:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Pub.


Vous allez aimer l'avenir
envoyé par Planetlover

Merveilleux message,
beau travail de publicitaire,
qui me colle les larmes aux yeux,
dommage que ce soit pour nous vendre de l'électricité.

Posté par Diane Groseille à 13:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Coup de foudre.


Renan luce la lettre
envoyé par liloode3

renan_luce
Les yeux coquins, gamins,
La voix taquine, maline
Les paroles ludiques, techniques
...
Tout de suite envie de le suivre,
où il voudra.
A découvrir.

Posté par Diane Groseille à 11:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 30 mai 2007

Baby love, my baby love.

En cours cet après-midi, chez un élève que j'apprécie tout spécialement, pourtant tête en l'air et particulièrement bordélique, mais tellement attachant. Nous sommes en train de préparer son oral de bac français. Sur la table, son portable qui vibre. Je jette par principe un regard qui se veut méchant : il est censé l'éteindre avant le cours. Il me fait une mine de "s'il te plaît, je t'en supplie, oh, s'il te plaît". Je fais oui de la tête et me replonge dans la lecture de l'extrait de Candide sur lequel il va plancher. Je l'entends simplement triturer les touches de l'engin pendant quelques secondes et je manque de tomber de ma chaise quand il pousse un hurlement, qui est immédiatement suivi d'un saut sur place et d'une petite danse de joie. Je reste bouche ouverte, je connais la bonne humeur du personnage, mais là, j'avoue que ça me dépasse. Il se réinstalle alors que je le dévisage, silencieuse avec des yeux comme des soucoupes. Il reprend juste sa respiration, tire la chaise vers la table, baisse les yeux sur sa copie, les relève et me dit, avec un sourire qui lui illumine tout le visage : "ma copine n'est pas enceinte". Et beh, on aura eu chaud sans le savoir, il a seize ans. Je lui épargne la leçon de moral, il l'a apparemment entendue une bonne dizaine de fois les derniers jours. En voilà un qui fera attention à l'avenir.

Posté par Diane Groseille à 18:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


mardi 29 mai 2007

Court !

Notre président court, il se prend pour Forest Gump

...

Sa femme défile, elle se prend pour Jackie Kennedy

...

Vive le modèle américain !

Posté par Diane Groseille à 20:19 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

Relax, take it easy.

Encore des nouveautés.
Animation d'un atelier d'écriture à la rentrée.
Relecture d'un roman avant fin juin.
Des mots et des idées fusent.
Des projets de fil en aiguille, ça fourmille.
Du coup, la pluie et le froid me font presque plaisir.
Et on en oublie la somme de travail
qui reste à fournir sur les prochaines semaines.

main_herbe

Posté par Diane Groseille à 18:37 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 28 mai 2007

Compression de kangoo.

4h39, dans la nuit de samedi à dimanche. Dans mon rêve, des pneus crissent, sur une longue distance, puis, en toute logique, vient le choc de la tôle. Ce bruit qui n'était pas venu me réveiller depuis des années. Alors, je suis là, assise dans mon lit, les yeux grand ouverts. Puis je me dis, "ça faisait longtemps, pourtant". Et je mets quelques secondes à réaliser que je ne suis pas seule. Neb à côté de moi est réveillé, assis dans notre lit, comme moi, il me regarde "tu as entendu aussi ?". Bien sur, alors, pas de doute, il y a bien eu un impact là dehors, dans la nuit, très violent sans doute. Neb se lève, me dit qu'il faut aller voir, mais très vite, on entend des voix, des gens sont déjà dehors, on entend quelqu'un qui crie de sortir de la voiture. Puis très vite, des portes claquent et des véhicules s'arrêtent à proximité. Le quartier est grand, les gens dont les fenêtres donnent sur la rue ont déjà du appeler les pompiers. Neb se recouche en me disant que de toute façon, ça ne sert à rien de descendre. J'ai du mal à me rendormir, le bruit court encore dans ma tête, comme il a couru trop longtemps autrefois.

Puis le lendemain, j'ai presque oublié, comme si ç'avait été un rêve. Je prends ma douche quand je vois Neb qui remonte de sa balade matinale avec Lucius. Il est crispé, ses mâchoires sont serrées. Il me dit "tu te souviens de cette nuit ?". Bien sur, je me souviens. C'est sa voiture. Sur sa voiture que l'impact a eu lieu. Elle est littéralement explosée, elle a été poussée par le choc sur le trottoir. Nous étions pourtant sûrs que le bruit provenait de l'autre côté, de la place. Il doit partir au poste. Il revient deux heures plus tard. Pas de blessés. Délit de fuite, la voiture des coupables a été enlevée dans la nuit, ils l'avaient abandonnée sur la chaussée après l'accident. Sans doute pas mal de choses à se reprocher... La voiture de Neb va sans doute partir à la casse, toutes les roues sont déformées, voilà à peu près ce que ça donne.

krash_kangoo


krash_kangoo_avant

Posté par Diane Groseille à 13:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Coup de coeur.


Paolo Nutini - Jenny Don't Be Hasty
envoyé par slzaza

Posté par Diane Groseille à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 26 mai 2007

Un autre monde.

Il s'appelle Nicolas, une vingtaine d'années, des yeux bleus et un sourire timide. Je lui donne des cours depuis janvier : trois à quatre fois la semaine, je me rends chez lui et nous nous installons sur la table de la cuisine. Nous nous connaissons bien maintenant. Il me fait plus de sourires qu'au début, davantage confiance aussi, et comprend mieux ce que j'attends de lui, comment il peut progresser, quels sont nos objectifs. Parfois, il s'énerve, il va trop vite, il trouve les choses injustes, je vois qu'il a envie de taper sur la table, de se lever et de partir.... Mais il reste. Il voudrait que tout soit toujours "juste". Mais pour lui, rien ne l'est  vraiment.

Nicolas est sourd. Alors tout se complique, et en même temps, tout devient plus simple, dans son monde à lui. Je me suis posé beaucoup de questions, j'ai essayé de me mettre à sa place, ce qui est impossible, j'ai essuyé très rapidement la pitié et la compassion qui n'avaient pas leur place dans notre relation. Il est exigent, il veut passer un examen, et je suis là pour faire en sorte qu'il l'obtienne. Pour cela, nous travaillons dans des fascicules du CNED, il lit sur mes lèvres et je dois faire attention à tout, chacun de mes gestes, de mes regards peut avoir un rôle dans notre communication. Nous avons été mal à l'aise tous les deux au départ, nous nous contentions du minimum et c'était déjà très fatigant, pour moi comme pour lui. Puis les habitudes se sont installées, les plaisanteries, la bonne humeur. Nicolas est devenu un élève comme les autres, je suis rentrée dans son monde, il en est un peu sorti pour venir vers moi.

crane



Posté par Diane Groseille à 13:53 - - Commentaires [5] - Permalien [#]