L'Alsace, quotidien de ma région, relatait il y a quelques jours un fait divers qui a alerté ma curiosité et piqué ma sensibilité. Il s'agit d'une histoire classique, un homme qui promenait son chien avec une laisse automatique, et qui, sans doute à cause d'un moment d'inattention, a vu une voiture passer sur son fidèle compagnon et le tuer. Jusque là, malheureusement, tout est plutôt banal pour la plupart des lecteurs (notamment tout ceux qui n'ont jamais perdu un animal, d'autant plus tué par une voiture). La suite est moins anodine. Le maître de l'animal mort, réalisant la situation, s'est jeté sur le véhicule, en a brisé une vitre (à mains nues sans doute) et a fini par frapper le chauffeur. Résultat des courses : le maître du chien (paix à son âme) passera devant un tribunal très prochainement pour rendre des comptes. Bien entendu, le chauffeur devient ici la victime, et n'aura en aucun cas à se justifier. Imaginons une seconde ce qu'aurait risqué ce même chauffeur si son inattention au volant avait dû tuer un enfant. Je sais bien que beaucoup d'entre vous ne me permettront pas cette comparaison... Tant pis, je l'ose. Ceux qui me lisent depuis longtemps savent dans quelles conditions j'ai perdu ma petite chienne Whawha. Le chauffeur est parti quelques minutes après avoir tué ma compagne de six ans, sans me laisser la moindre adresse ou numéro de téléphone, et sans que cela ne choque toutes les personnes en présence. Je suis rentrée chez moi ce jour là avec mon chien dans un sac poubelle et ma culpabilité en bandoulière. Ce n'est que plus tard que je me suis demandé pourquoi il n'avait pas eu de compte à rendre. Et pourquoi tout le monde trouvait ça normal. Je soutiens donc ouvertement ce Strasbourgeois et je comprends son attitude.

Pour ceux qui voudrait mieux comprendre, le récit ici de la fin de Whawha.

coup_de_pouce