Promenade avec Lu à l'instant. On se fait plaisir à flâner sur les trottoirs, y'a comme un air de printemps et on en oublierait presque que c'est parfaitement anormal. Puis au détour de l'église, alors que j'ai le pif en l'air, Lu voit un truc avant moi. Je sens sa laisse qui se tend et j'ai à peine le temps de tourner la tête vers lui pour voir arriver sur lui une bombe. Un bull terrier sans muselière ni laisse qui se jette sur mon clebs en poussant des grognements dignes d'un film d'horreur. Tout va très vite, ça ne dure que quelques secondes. Je tire la laisse en me baissant pour soulever Lu que j'aperçois à peine dans la boule de poils que forment les deux chiens roulant l'un sur l'autre. Arrive dans la seconde un jeune gars en jogging avec une capuche sur la tête qui hurle "salope, salope". Je comprends avec du retard qu'il s'adresse à sa chienne. Il parvient à la choper, lui colle sa laisse en la rouant de coups. Lu est là, devant moi, sonné mais il n'a rien. Je le prends dans mes bras pour le protéger d'une éventuelle nouvelle attaque. Et j'arrive juste à articuler "tu pourrais lui mettre sa laisse". Le gars ne répond rien et part rejoindre une bande de copains qui squattent la place. Je tremble comme Lucien. Nous rentrons chez nous et je téléphone aux flics. Parce que j'ai eu peur. Parce que Lu aurait pu être un enfant, une petite fille ou un petit garçon qui se promène. Parce que la loi impose une muselière et que ce chien était en liberté. Parce qu'il ne m'a même pas présenté d'excuses. Parce que Lu aurait pu y rester. Une patrouille a été envoyée dixit la voix au téléphone. Après seulement, j'ai le goût amer de la dénonciation dans la bouche. Puis vient la peur de retomber sur eux, avec ou sans chien, les représailles...

Penser à autre chose. Lu va bien, c'est le principal.