samedi 25 novembre 2006

Paperasse.

Je me fais rare à nouveau. Je me tais, parce que je n'ai rien à dire. J'ai l'esprit ailleurs. Déjà dans ce nouvel appart' pour lequel nous n'avons toujours pas signé. La leçon que je retiendrai : les gens peuvent avoir une bonne tête, ça ne fait pas d'eux des personnes compétentes. Il manquait des pièces au dossier, un oubli de notre banquière. Le dossier est parti, il est revenu, il est reparti, il est revenu, et maintenant, si tout va bien, il devrait revenir chez nous aujourd'hui. Ce qui me frustre, c'est ce manque de temps. Il va nous rester huit jours pour faire les quelques travaux prévus et pour le gros du déménagement. Alors que nous attendons dans les cartons depuis des semaines, prêts à agir. Nous attendons des papiers. Pathétique. Et dans ma tête, il y a déjà toute cette lumière, le parquet au sol, la cuisine ouverte. Mais rien n'est fait. Mais pourtant, cela mis à part, j'existe toujours...

rouges


***

Il y a Lucien, qui grandit, qui doit être en pleine crise d'adolescence.

Il y a la préparation de mes cours qui se fait tout logiquement, avec beaucoup d'intérêt et de satisfaction.

Il a plusieurs nouveaux cours particuliers qui tombent. Dont un pour rupture de scolarité. Un cas difficile paraît-il.

Il y a ma soeur et son nombril, toujours.

Il y a le déménagement de ma grand-mère.

Il y a mes cours de violon. Je n'ai pas appris le morceau de Bach que j'avais pour aujourd'hui.

Il y a Neb toujours. Qui s'endort sur le canapé trop souvent, qui vient se coucher à pas d'heure
et qui s'étonne d'être crevé le lendemain.

Il y a l'automne, moins difficile à vivre que les autres années.
Le marché de Noël qui ouvre aujourd'hui et même que c'est tant pis pour eux.

***
rouges2

feuilles_mortes

Posté par Diane Groseille à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]