lundi 3 avril 2006

Inintelligible.

Je suis assise là, j'enroule mes cheveux autour de mon doigt. Rayons de soleil derrière moi. Pas assez de temps devant moi pour commencer quelque chose d'utile et d'intelligent. Trop de temps pour avoir juste le temps de m'assoir ici et de ne rien faire. J'absorbe du sucre. Faudrait pas, chocolat poulain, argument "bonne humeur", moelleux framboise-pomme, barre céréales nois de coco.  Mon nouveau jean est trop taille basse (ne pas voir de rapport de cause à effet avec le sucre). J'ai passé ma journée à tirer dessus pour qu'on ne voit pas le haut de mes fesses. Ou à tirer sur mon pull dans l'autre sens. J'ai des péoccupations de fashion victime, de jeune donzelle.

branchages

Autre péoccupation : je croise les doigts pour que Radiohead donne quelques dates de concert en France. J'irai même si je dois y aller en rampant. Sinon, faudra se rabattre sur les autres dates européennes.

Posté par Diane Groseille à 17:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Actualité.

Encore une nouvelle semaine qui débute. Plus que deux et j'ai droit à quelques journées de vacances. Après, ça sentira déjà la fin de l'année avec ces week-ends prolongés et ces soirées chaudes. Insouciance. Ma décision de quitter cet établissement est presque prise. A chaque fois que j'entends des collègues ou des élèves parler de l'année à venir, je ne me sens à peine concernée. Il y a quelques jours encore, l'idée de ne plus travailler aux côté de P. et R. m'était difficile. Mais le fait que ces deux idiots aient oublié mon anniversaire me prouve bien que c'est chacun pour son nombril (ils n'y ont d'ailleurs toujours pas pensé) et que je n'ai aucun regret à avoir. Une fois de plus, j'ai sans doute donné plus que je n'ai reçu. Puis c'est le fait de bousculer mes habitudes, de prendre le risque de tomber sur "moins bien"... Bien entendu, j'ai un peu peur. Mais je n'ai même pas trente ans alors il faut que ça se fasse maintenant. Après, je n'aurais plus le courage. Le cauchemar ? Me réveiller dans dix ans devant ce même tableau blanc un lundi matin. Je dois partir. Je veux mieux. Avenir flou.

double_reflet

Le week-end a été doux. Vendredi soir, petit resto avec la soeur et Neb homme de moi, avec même une bougie sur mon gâteau et les lumières qui s'éteignent. Samedi, une journée dans cette ville que je n'aime pas pour se rendre compte une fois de plus que je déteste ses habitants, leurs préoccupations futiles, leurs manières, leur façon de crier leurs conversations pour que tout le monde soit au courant, le fashion, les apparences, le clinquant. Heureuse de rentrer chez moi dans la soirée après un passage-sandwich chez la soeur. Puis hier, un détour dans une expo canine où j'ai eu les larmes aux yeux devant ce concours d'agility (petit chien qui galope pour obéir à son maître, qui aboie de joie, qui se faufile dans des tuyaux). Puis ensuite, une demi-heure de piscine et quelques dizaines de kilomètres à vélo, à contre-vent, avec du sel sur les joues.

Posté par Diane Groseille à 07:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]