lundi 27 mars 2006

Babycaments.

Il y a comme une tempête qui se lève. Un vent de colère qui souffle et qui enfle en moi. Je me rends à mon cours d'arabe dans quelques minutes, à contre-coeur. J'ai réalisé avec horreur hier soir que les nombreuses absences de ma prof pourraient compromettre mon rapport de fin d'année : pas de validation envisageable si je n'ai pas vingt cinq heures de cours. Je suis enragée par les conséquences de son incompétence. Je voulais rencontrer ce soir le directeur de l'association histoire de lui dire ce que j'avais sur le coeur, de lui cracher mon venin à la figure, de lui faire savoir combien va me coûter cette bagatelle.... Mais il n'a pas pu me recevoir. Rendez-vous est pris, je ne laisserais pas passer, et il va me faire un justificatif de tant de bétise. Hors de question que je plante mon année à cause de ces abrutis.

Puis je sors de chez le médecin à l'instant. Il a refusé de me faire un arrêt maladie pour la journée de vendredi, il m'a dit que je n'avais qu'à venir le jour même. C'est vrai, j'aurais dû penser à ramper jusqu'à son cabinet... Il m'annonce aussi la bonne nouvelle de l'année : mon mal semble n'être qu'un début, il me dit que quand ça commence, on voit les migraines se pointer tous les mois et que le seul remède efficace serait une bonne grossesse, voire deux. Mouais, c'était pas au programme...

Posté par Diane Groseille à 17:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Printemps, petits bonheurs...

tulipes_rouges

biquettes1

tarte_aux_fraises

Posté par Diane Groseille à 12:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Phage et Vore sont dans un bateau.

L'autre jour, durant un cours de deuxième année, une petite parenthèse étymologique s'est ouverte. Je ne sais plus comment nous en étions arrivés là. Les mots suffixés en -phage et en -vore. Une liste rapide se dessine au tableau, je mets en évidence les suffixes en rouge. Les réponses fusent : "omnivore, phytophage, herbivore, sarcophage...". Explications brèves car c'est hors-sujet et que je suis déjà en retard avec cette classe. Le programme, toujours le programme. Je pose une dernière colle : "Comment appelle-t-on celui qui mange son semblable ?". Ils cherchent tous, très concentrés, conscients de connaître la réponse, quand soudain mon champion du monde dans le fond de la salle gueule le mot. "Holocauste". Il résonne étrangement dans la salle de cours à ce moment là. Tous les regards perplexes se tournent vers lui. Bien entendu, tous attendent ma réaction car ce n'était pas du tout le mot qu'ils cherchaient dans leurs petits tiroirs de mémoire. Je pose gentiment mon feutre rouge, et je m'installe pour écouter les explications qui vont accompagner cette réponse saugrenue.
" - Explique moi ce qui te laisse penser que c'est la réponse à ma question.
   - Ben j'ai vu un film où les gens y devaient tous se bouffer dans la jungle, et ça s'appelait Cannibal Holocaust, c'était vraiment gore."
Finalement, il a fallu élargir la parenthèse, au détriment du fameux programme, pour des explications qui s'imposaient vraiment.

Posté par Diane Groseille à 00:19 - - Commentaires [5] - Permalien [#]