village_neige

Au début, on ne fait pas trop attention, on se dit que ce ne sont que quelques flocons. Puis c'est finalement le regard des autres, qui se tourne en permanence vers le ciel qui vous réveille, alors qu'ils feraient mieux de regarder où ils mettent les pieds. Les commentaires tournent tous autour de ça, près de la photocopieuse ou de la machine à café. Pour une fois qu'on a quelque chose de vrai à se dire, et qu'on a l'impression de partager l'événement. "Tous dans la même galère". Ce sont ceux qui veulent absolument en rajouter qui me font le plus sourire, comme si c'était la fin du monde. "Tu te rends compte qu'on aurait tous pu mourir". C'est vrai, ça fait trois jours que ça ressemble à l'apocalypse. L'Alsace sous plusieurs dizaines de centimètres de neige... début mars. Un bon coup de pied au cul à la routine, toutes les petites habitudes du quotidien bouleversées.


Prendre le train au lieu de la voiture car on tape tous les trottoirs, une vraie patinoire,
se retrouver coincée à la gare parce que tous les trains ont du retard,
ne pas pouvoir reprendre sa voiture même au retour pour les deux kilomètres restants
car elle est cachée sous une masse de neige et qu'elle patine tout ce qu'elle peut,
se rétamer les fesses par terre à tous les coins de rues (j'ai trouvé LA nouvelle discipline où j'excelle),
recevoir des amis qui ont été assez loufoques pour venir à pieds pour ne pas avoir à prendre la route,
faire deux heures de cours à une classe de dix élèves au lieu des 25 attendus.

autre_plan_te


Il y a une euphorie qui émane de tout ça, une sorte de contrariété du quotidien qui me fait sourire, une parenthèse dans la réalité.
C'est le fait de savoir que ce n'est qu'éphémère qui rend tout cela magique, exceptionnel.


barbel_s_blancs


Il y aura eu ces longues balades en solitaire dans la neige vierge et fraîche, avant que Neb homme de moi ne revienne hier soir. Il fallait en profiter, il fallait garder des images.