lundi 15 août 2005

Des journées grises.

Troisième journée sans lumière qui s'effondre. Pas envie de se lever du coup. Comme un avant goût de ce que l'on redoute et qui arrive à grands pas. Plus on y pense, plus ça se bouscule vers nous. La journée d'hier était tellement insignifiante qu'elle pourrait être rayée du calendrier. Rien fait. RIEN. Il n'y a rien à en retenir. Elle pourrait disparaître de mon espace temps, ce serait pareil.

Nuançons. Quelques commentaires pourtant. Notes pour plus tard:

  • Ne pas regarder la télé le dimanche. Programmation encore plus insipide que les autres jours.
  • Ne pas attendre que Neb homme de moi propose une sortie ou une activité. Il ne le fait pas. Surtout s'il se plonge dans un bouquin dès le réveil.
  • Garder la recette des chaussons aux pommes improvisée hier matin pour tuer une demi-heure d'ennui mortel. Succulents chaussons aux pommes.
  • Se mettre définitivement aux "ouvertures faciles" et ne pas faire sa maline avec un couteau pointu pour transpercer du plastique alors qu'on a son doigt derrière.

Et aujourd'hui, comme si c'était pas suffisant, on nous recolle la même journée, qui ressemble à s'y méprendre à un dimanche pluvieux.

Posté par Diane Groseille à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]