Il m'annonce il y a une heure "tu sais où on va ce soir?". Il émerge d'une sieste alors que je rentre du taf. "Nan, je sais pas". Un instant, je me dis "hum, une surprise..." puis je me dis "crotte, j'ai trop de boulot...". Mais il ne fait presque jamais de surprises. Ouais, en fait, c'est ce barbecue chez ces potes dont il m'a vaguement parlé il y a deux semaines. C'est ce soir. Et moi, je me suis trimballé tous mes sujets d'exam depuis le lycée (environ dix kilos de paperasse) avec cette bonne résolution qui m'a trotté dans la tête toute la semaine: "Vendredi soir, tu boucles, même si tu dois te coucher à trois heures". Dilemme. Mauvaise conscience. Démolition de bonnes résolutions à coup de pioche...

Puis finalement, je suis là. Il est parti il y a quelques minutes. Je suis restée là. Je troque un barbec' en plein air contre quelques six cents copies. Quel courage. Même là, je tente encore de me convaincre. Arrète de réfléchir et bosse.