Hier matin, j'ai été réveillée par un arc-en-ciel. Je dormais quand dans ma tête, y'a eu plein de couleur et quand j'ai ouvert les yeux, il y avait dehors cet arc aux couleurs si vives, tellement vives qu'il y en avait un deuxième un peu plus loin. Et il avait vraiment un début et une fin. On se croyait dans un épisode des bisounours.

Après, ce fut moins drôle. Arrivée au lycée fracassante. Accueil de Tête de Briques qui pête un boulon et qui, hors d'elle, sans aucune raison apparente, me braille dessus devant tout le monde. J'étais en train de demander quelque chose à la secrétaire quand ça l'a pris, je ne lui parlais même pas. Elle criait toute seule en agitant les bras et quand elle s'est rendue compte qu'elle passait pour une cinglée auprès de tous les gens présents, elle a quitté la pièce en continuant de beugler. Pathétique.

La journée fut longue et désagréable. Des heures qui s'étirent, des jeunes décourageants de fainéantise, une motivation en chute libre pour tout le monde, un temps exécrable (chaud, froid, pluie) et la méchante impression que je pouvais tomber sur Tête de Brique à chaque coin de couloir. Je suis revenue ici à midi pour manger. Pas envie de voir sa sale gueule. Maintenant, quatre jours me séparent du lycée, faut que je zappe. Nous partons en vadrouille aujourd'hui au marché bio, dommage que le soleil ne soit toujours pas là.