vendredi 25 mars 2005

Nouvelles écritures.

Tellement de nouvelles choses à lire sur la toile, qui donnent envie de flâner, de se plonger à nouveau dans l'univers d'autres, comme autrefois, comme au début. Mais souvent, il y en a trop. On se perd dans le dédale des mondes, des quotidiens, des couleurs. Puis certains font n'importe quoi, recommencent sans arrêt, laisse des traits par ci et des mots par là, se cherchent et ne se trouvent pas, s'affichent, de façon vulgaire parfois, impudique. Presque un an que moi j'ai commencé à écrire ici et j'ai l'impression qu'autour d'un petit groupe s'est développée une jungle. Avec des écrits magnifiques aussi, des pages sur lesquelles on pourrait passer des heures, à ressentir de l'admiration, de la compassion, à sourire, à imaginer. Un peu perdue malgré cela dans ce qui devient une immensité. J'aime croire ceux qui pensent que c'est un phénomène de mode...

Aujourd'hui, premier jour de la parenthèse vacances qui va durer 10 jours. Prise de bec avec mon homme de moi hier soir. Je me sens souvent bien loin et seule. Là, il dort derrière moi, sur le canapé rouge, alors que le soleil dehors cogne. Nous partons sans doute demain. On voulait partir loin, vite et pour quelques jours. Barcelone, Seville ou Lisbonne. Mais on s'y est pris trop tard. Alors on décolle version plus "aventure", on part vers le sud, sans trop savoir vers quelle ville, avec un budget qui va nous permettre quelques petites folies, en espérant que le soleil sera au rendez-vous, car gros besoin de lumière.

Posté par Diane Groseille à 14:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


mardi 22 mars 2005

J'apprends

J'apprends avec peine qu'il n'y a presque plus de neige sur le Kilimandjaro.

J'apprends avec joie que c'est le printemps, par le calendrier parce que j'ai pas trop l'occasion de mettre le nez dehors (début du taf à 7h30, sortie aux alentours de 17h30). Et donc dans quelques jours, j'ai 27 ans. Ceci dit, une amplitude thermique de plus de 25 °C en 15 jours, je trouve ça inquiétant, pas vous?

J'apprends par mes collègues qui font le décompte, que les vacances c'est jeudi soir pour moi, et que je serai la dernière dans l'établissement, une fois de plus.

J'apprends en achetant mon journal par deux gosses de dix ans que quand même, je cite, Marylin Manson c'est vachement mieux que Slipknot paske c'est plus trash. Y'a plus de jeunesse.

J'apprends de plus en plus à prendre mon temps, même quand il faut le voler...

J'apprends chaque jour un peu plus que j'ai de nouveaux voisins qui ont un vocabulaire très limité (putain, connasse, fallait pas mettre cette grosse merde au mur) et j'apprends ce que je savais déjà mais que j'avais adoré oublier: j'aime profondément le silence et il n'y a malheureusement qu'une maigre cloison entre eux et nous.

J'apprends par mon boulot avec dégout que chacun peut se montrer très mauvais et que les personnes de confiance se comptent sur les doigts d'une main (Note pour plus tard: ce ne sont pas ceux qui te sourient le plus).

J'apprends tous les matins au réveil que j'aime très fort mon Neb homme de moi, et même s'il y a des hauts et des bas, il m'apporte énormément

Posté par Diane Groseille à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 9 mars 2005

Au premier réveil...

Malade. En arrêt depuis lundi. Comme sans doute pas mal de monde. Rien qu'au lycée, on était trois lundi, ce qui m'a valu un beuglement de Tête de brique au bout du fil puisque j'étais la troisième à prévenir. J'aime pas rester là à rien faire, incapable de faire quoi que ce soit, toute seule, à m'endormir sans arrêt. Puis je me pose trop de questions. J'angoisse pour rien. Il faut que je trouve un moyen de me détacher de ses trouilles non fondées. Alors, je m'endors, et je me réveille encore en sueur, avec de la fièvre. Au moins, j'aurais perdu quelques kilos, ce qui ne fait pas partie de mes préoccupations en règle générale, mais le fait de ne plus rentrer dans mon dernier levi's me contrariait quand même... Voilà pour la futilité du jour. Je pense de toute façon que mes jours sur ce blog sont comptés, puisque je n'y trouve plus de réelle satisfaction. Je ne trouve pas l'écriture vraie, celle que je cherchais au départ... Elle reste partielle, éphémère, aléatoire...

Posté par Diane Groseille à 10:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]