mercredi 29 décembre 2004

Demain on part...

Dans le désordre, ça donne...

... Départ vers les Alpes. Jusqu'à dimanche. Puis après y'aura denouveau école, jusqu'en avril. Rien que d'y penser, ça me fatigue. Whawha me manque. Le père Noël est venu ce soir nous apporter et nous monter (plus fort qu'ikéa ce père Noël) notre table-cadeau de Noël qu'est jolie comme tout. Maintenant, notre appart' ressemble à une pub télé (quand c'est rangé). Demain, avant de partir, faut encore que j'aille chez le médecin pour qu'il apaise cette boule de feu que j'ai dans le ventre depuis plus d'une semaine. C'est la cinquième fois cette année et je refuse d'avoir encore recours à ces p***** d'antibiotiques qui ne font que donner des forces supplémentaires aux méchants qui me font mal (si, si, à force de les voir venir ces antibiotiques, ils savent comment se défendre et que même, maintenant, je crois que les méchants, ils rigolent quand ils les voient arriver). Bref, faut que je trouve le moyen de règler son compte à cette infection. J'aime pas les médicaments et les docteurs qui vont avec... Puis Whawha me manque (je sais, j'ai déjà dit), fort cruellement, trop souvent, pas comme un animal, et je rêve trop d'elle (encore cette nuit, on se promenait ensemble, on gambadait, c'était bien)

Posté par Diane Groseille à 22:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Suite logique

Quand tu étais là, avant,

Je n'arrivais pas à te regarder dans les yeux, 

tu ressembles tellement à un ange,

ta peau me fait pleurer,

tu flottes telle une plume

dans un monde de beauté

et je voudrais tellement être quelqu'un de spécial, 

putain ce que tu es spéciale,

 

mais moi je suis horrible, 

je suis un type bizarre,

mon dieu qu'est ce que je fous là?

J'ai rien à faire ici.

 

Je m'en fiche si ça fait mal, 

je veux avoir le pouvoir, 

je veux avoir un corps parfait, 

je veux avoir un esprit parfait, 

je veux que tu le remarques, 

quand je ne suis pas là, 

putain ce que tu es spéciale, 

je voudrais tellement être spécial.

 

Mais moi je suis horrible, 

je suis un type bizarre, 

mon dieu qu'est ce que je fous là?

j'ai rien à faire ici.

 

Elle s'enfuit, une fois de plus,

elle s'enfuit,

elle fuit, fuit, fuit, 

 

quoique ce soit qui te rende heureuse, 

quoique tu désires, 

putain, t'es si spéciale

je voudrais être spécial.

 

mais moi je suis horrible, 

je suis un type bizarre, 

mon dieu qu'est ce que je fois ici?

j'ai rien à faire là.

j'ai rien à faire là.

Posté par Diane Groseille à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Creep.

Je redécouvre ça, au détour d'une flânerie, et j'aime toujours autant. Hier soir, le Furet et sa copine avec son ventre avec un bébé dedans (et même que c'est un garçon) sont venus manger à la maison. Comme ça, invitation de dernière minute. Petite bouffe presque improvisée (carottes au lait de coco, filets de perche au gingembre sur lit de poireaux, salade tricolore et quinoa) où personne ne s'est senti mal à l'aise (mon impression en tous cas). Parlé de tout de rien, très peu de ce petit bébé qui allait naître. Elle a trouvé moyen de me dire à nouveau, alors que nos hommes s'étaient absentés, à quel point il n'avait pas souhaité ce bébé. Je trouve ça triste qu'elle insiste à ce point sur cette notion d'accident. J'espère simplement qu'ils sont maintenant heureux.

Tout cela pour dire que vers minuit, alors que nous savourions un bon whyski, j'ai mis ce disque de radiohead que je n'avais pas écouté depuis des mois... Trop bon. Et je me dis qu'il faudrait que je mette un post-it sur mon frigo pour penser à l'écouter plus souvent, c'est essentiel.

                             

Posté par Diane Groseille à 12:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]