samedi 25 septembre 2004

En bas

     J'habite un immeuble de trois étages. J'habite le dernier étage. Il y a de grandes fenêtres et des poutres partout. Les murs sont blancs. Plein de lumière.

En bas de chez moi, il y a une route que l'on qualifie de grande, et qui a du l'être un jour mais qui est maintenant toute petite avec ses pavés irréguliers.

En bas de chez moi, il y a une petite boulangerie et quand je pars au travail tôt le matin, les odeurs de pain chaud parviennent jusqu'à mes narrines. La boulangère me connaît déjà et elle connaît même Whawha.

En bas de chez moi, il y a une petite fontaine ronde encastrée dans le mur voisin. Souvent les gens s'y arretent, y trempent leurs mains ou se penchent pour en regarder le fond.

En bas de chez moi, le jeudi matin, c'est marché. On y vend essentiellement des fruits et des légumes et ça sent très bon.

En bas de chez moi, il y a plein de touristes avec des appareils photo et des caméscopes, qui viennent souvent de très loin et qui semblent tout émerveillés.

En bas de chez moi, il y a un bureau de tabac où j'aime bien flaner quand j'ai le temps parce qu'ils vendent des journaux.

Au dessus de chez moi, y'a le ciel, que du ciel et sans doute une bonne étoile aussi, parce que pour le moment, c'est que du bonheur.

 

 

Posté par Diane Groseille à 11:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Manque de temps

          Longue absence. La rentrée et le déménagement ont tué mon blog (écrit en rouge sur un mur).Y'a plus foule ici. Moi, je passe de temps en temps, avec jamais assez de temps pour y laisser quelques mots. Ce mois de septembre aura passé sans que je n'ai le temps de regarder autour de moi. Je rentre le soir et j'installe encore notre antre. Puis mes yeux se ferment, lourdement, en général, avant 22 heures.

Toujours pas l'ADSL ici. Nous attendons avec impatience la réponse de celui qui nous a demandé de résilier notre abonnement pour nous réabonner. La logique des usines à gaz. En attendant, nous avons osé acheter une carte télé pour le PC. Nous avons eu peur en découvrant les nouvelles merdes de la rentrée. Parfois, en rentrant le soir, presque anesthésiée du cerveau, je tombe dans un fauteuil et je reste la bouche ouverte, mais la plupart du temps, elle est éteinte. J'écoute beaucoup la radio, des news, des chroniques... Je lis les journaux, des bouquins (j'en ai commencé plusieurs, aucun ne parvient vraiment à obtenir l'attention de la flèche que je suis en ce moment)...

Tout à l'heure, nous allons nous balader en ville. On ne connaît pas encore très bien le petit quartier que nous habitons...

Posté par Diane Groseille à 10:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 15 septembre 2004

Jour de pluie, je souris.

            Je retrouve ici mes marques. Au boulot. Plus facilement que dans ma vie quotidienne qui est toujours très décousue. Ici, les mêmes gestes s'enchainent, et pourtant aucune routine ne s'installe puisque chaque minute apporte de nouvelles surprises. Le confort sans l'ennui. Je reproduis des gestes que j'aime. Tourner la clé dans la serrure et attraper le trousseau en entier dans ma main, me retrouver face à une salle vide et savoir que les élèves qui y entrent vont faire filer le temps. Rester des heures devant l'écran à taper des cours, imaginer la mise en situation, ne pas se rendre compte qu'il n'y a plus de lumière. Passer ma main sur une page blanche avant d'y mettre mes annotations. J'ai mes repères, il a des enjeux, il y a un défi. A la fois l'aise et la motivation permanente. Je me sens bien. Je suis peut-être quand même faite pour ça. Je resterai peut-être toujours à l'école!

Je vais rentrer CHEZ MOI. Ce soir, ma maman vient manger avec nous, c'est pas coutume! 

 Et cette année, l'automne ne me fait même pas peur!

Posté par Diane Groseille à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 14 septembre 2004

Et mon Q c'est du poulet.

Il parait qu'il y a des droits sur tout, sur ce que l'on dit, sur son image, sur ses écrits. On me parle à l'instant de ma propriété intellectuelle. "Tu devrais pas laisser trainer tes classeurs avec tes progressions, méfie toi, c'est ta propriété intellectuelle". Je savais pas que j'avais une propriété intellectuelle. Je vais mettre des petits copyrights partout autour de moi. Pas touche, j'ai des droits, c'est à moi... N'importe quoi... Moi, je suis à tout le monde et je ne suis à personne, il paraîtrait même que je suis Victoria About! Méfiez-vous!

Posté par Diane Groseille à 15:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 13 septembre 2004

Youhouhou...

         Au dessus de moi, le ciel, le velux grand ouvert qui me laisse voler au dehors. Je parcours la pièce du regard. Encore les cartons. Les pièces à vivre sont installées mais cette pièce qui sera mon bureau est encore en chantier. Première fois que j'écris ici. Le temps file à une vitesse folle entre ces nouveaux murs. Tout reste à faire pour que ce petit nid douillet soit vraiment parfait.

Cela fait des semaines que je n'ai pas regardé la télé. J'ai envie ce soir d'un bon film. De me laisser bercer par une fiction. Qu'on m'embarque, qu'on me raconte des histoires. Mais mon histoire est ici, la réalité à plus d'importance et baigne dans une urgence permanente. Elle me rattrape. Je garde l'oisiveté pour plus tard et me laisse encore entrainer par cette exitation de gosse qui m'envahit si souvent les derniers temps, envie de faire de petits sauts sur place en poussant des cris de joie. Je me sauve.

Posté par Diane Groseille à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


dimanche 12 septembre 2004

Vue d'au-dessus

            Je reviens ici alors que je suis de passage chez mes parents. Je regarde ce blog avec un certain recul, comme après avoir passé trois semaines en vadrouille à l'autre bout de la France. Il perd de son importance, en devient presque futile (j'ai passé la barre des 10000 visites et ça me fait à peine sourire). J'ai toujours du mal à retrouver mes repères. Je me regarde d'au-dessus en train de courir dans tous les sens, monter descendre, m'essouffler...

Hier, état des lieux de mon ancien chez moi. Ju, l'ami de ma soeur a emménagé l'après-midi même et dans la soirée (après une course folle à la recherche d'une penderie et autres babioles), je les ai tous retrouvés là-bas pour une crémaillère au milieu des cartons. Drôle de se retrouver là-bas. Neb homme de moi est rentré chez nous, il était mort de fatigue et avait mal aux dents. J'avais pour ma part besoin de cette transition pour bien comprendre que c'était plus chez moi. Puis j'avais besoin de me perdre un peu dans l'alcool d'une soirée de délire pour mieux me retrouver. Et j'ai retrouvé aussi ce goût de séduction que Boucle d'or ne parvient pas à effacer dans ses canettes de Kro. Jamais je pense que je ne saurais ce qu'il pense vraiment de ça, s'il a des regrets. Puis Ju aussi, c'est pareil pour lui. Il sont les deux personnages les plus lâches que je n'ai jamais rencontrés. Alors il y avait tous ces non-dits et on fait comme si RIEN. C'est vrai que c'est si peu.

Puis on a joué à un jeu dont j'ignore le nom et dont le but est de connaître l'autre et de pouvoir imaginer ses réponses. Quelques jolies révélations. Je me suis endormie sur le tapis du salon après avoir vidé un dernier canon accompagné de pain et de fromage.

Le week-end prend déjà fin. Attaquer une nouvelle semaine. Encore un peu du mal à gérer le temps plein, mais maintenant que le déménagement est terminé, tout va être plus facile.

JE SUIS, vue d'au-dessus, PLUTOT HEUREUSE, même si un peu perdue encore. Et j'aime Neb homme de moi très fort.

 

Posté par Diane Groseille à 17:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 10 septembre 2004

Nouvelle vie

A peine le temps de quelques mots, dans cette nouvelle ville où je travaillais déjà. Mes cours reprennent dans un quart d'heure. Je prends doucement mes marques dans ces ruelles que pourtant je connaissais déjà. Maintenant, c'est chez moi, difficile de l'admettre, comme pour ce grand appartement. Encore l'impression d'être en vacances et que bientôt, je replierai mes bagages et je retournerai dans MON appartement... Il me faut juste le temps de l'apprivoiser. Les cartons sont presque vides, quelques piles de bouquins et de vêtements s'entassent encore. Whawha comprend pas tout non plus. Neb a repris les cours, maintenant, ça va filer et une tendre routine va s'installer.

Posté par Diane Groseille à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 7 septembre 2004

...

Pas le temps, pas le temps.... Je passe à côté de moi-même.

Posté par Diane Groseille à 15:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 3 septembre 2004

Et ron et ron...

              Je tourne en rond ici. Demain c'est plus chez moi et y'a pourtant encore dans la pièce tellement de moi. Les cartons gisent sur le parquet et mes souvenirs aussi. Je pleure en écoutant la musique de Maringouin. Je tourne en rond, je tourne en rond. Neb va bientôt rentrer, encore un trajet ce soir et demain ce sera fini. Une page se tourne. Je tourne en rond....

Posté par Diane Groseille à 22:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Pause thé

Je l'ai attrapé ici, elle l'avait chopé .

1 - Votre mot préféré ? Un au milieu de tant d'autres: libellule.

2 - Le mot que vous détestez ? vulve

3 - Votre drogue favorite ? l'enseignement.

4 - Le son, le bruit que vous aimez ? le silence

5 - Le son, le bruit que vous détestez ? mon réveil

6 - Votre juron, gros mot ou blasphème favori ? le grand classique: putain

7 - Homme ou femme pour illustrer un nouveau billet de banque ? Je ne sais pas, quelqu'un que je n'aime pas. Je ne trouve pas ça flatteur d'avoir sa tête sur de l'argent, en plus, c'est pour être tripoté par tout le monde.

8 - Le métier que vous n'auriez pas aimé faire ? banquier

9 - La plante, l'arbre ou l'animal dans lequel vous aimeriez être réincarné(e) ? un moineau ou un lézard

10 - Si Dieu existe, qu'aimeriez-vous, après votre mort, l'entendre vous dire ? "Bon, je te paie une bière et je te laisse redescendre, t'as une deuxième chance"

Posté par Diane Groseille à 10:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]