[ Rêve, il y a plusieurs mois déjà]

Je suis dans ma ville. Je marche dans une torpeur et dans les rues humides et sombres. Je traverse un mur de fumée. Sorte de passage dans un autre monde. Réalisme magique. Je me retrouve alors sur cette grande place juste en bas de chez moi, mais qui n'est pas alors celle que je connais. Et il y a autour de moi des églises multipliées. Là, elles me cachent la lumière du jour et des personnages portant des vêtements larges et longs déambulent. Les églises se font de plus en plus hautes et de plus en plus oppressantes. Elles s'effritent aussi, soudain composées de blocs de sable friable, comme un château sur une plage de Normandie.

Je veux sortir, rejoindre mon monde et je cherche quelqu'un qui puisse m'aider. Je vois alors que des corps sont greffés dans ces cathédrales de sable. De longs turbans sont enroulés autour de leurs corps, de leurs têtes et les tiennent prisonniers de ces édifices qui en deviennent vivants.

L'un d'eux m'explique alors dans un souffle que je dois trouver cette petite ouverture au ras du sol. Je cherche et en tournant, je finis pas trouver une trappe au pied d'un des murs alors que la luminosité se fait rare. Devant, des pages en paille tressées que je tourne. Je me retrouve face à une ouverture qui a tout d'un boyau humain et je sais que je dois m'y engouffrer si je veux retrouver ma réalité. C'est ce que je me décide à faire, la tête la première et comme je manque d'air, je me réveille.